Lyon: Une start-up démocratise le prêt de salariés entre entreprises

EMPLOI « MobiliWork » facilite la mobilité temporaire des salariés volontaires…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 31 mai 2017. Une start-up lyonnaise développe le prêt de salariés entre entreprises. Illsutration.
Lyon, le 31 mai 2017. Une start-up lyonnaise développe le prêt de salariés entre entreprises. Illsutration. — E. Frisullo / 20 Minutes

Et si votre job au sein de votre entreprise vous permettait ponctuellement d’aller goûter aux méthodes et ambiances de travail d’autres sociétés ? Depuis septembre 2015, MobiliWork, une start-up créée par trois Lyonnais, s’est lancé le défi de développer en France le prêt de salariés entre entreprises. « Nous voulons devenir la référence en matière de mobilité externe temporaire », explique Jérôme Gonon, qui a eu l’idée, avec ses deux associés Laurent Brémond et Benoît Monnier, d’explorer ce dispositif encadré par la loi depuis 2011 mais très peu utilisé.

« Nous nous sommes rendu compte qu’il manquait un outil digital simple pour permettre aux salariés et aux entreprises de le mettre en place », ajoute l’entrepreneur de 41 ans. La plateforme web permet donc aux sociétés disposant de main-d’œuvre volontaire pour effectuer une mission temporaire dans une autre boîte et aux entreprises en besoin ponctuel de salariés de se mettre en relation. Un système « gagnant-gagnant » selon la start-up lyonnaise.

De quelques jours à plusieurs mois

Pour le salarié, en quête de mobilité, partir pour quelques jours ou plusieurs mois à temps partiel ou complet dans une autre structure permet de développer ses compétences, d’enrichir son parcours professionnel et de découvrir de nouvelles méthodes de travail. Pour l’entreprise prêteuse, l’intérêt est de pouvoir offrir des perspectives de mobilité à ses employés et d’adapter sa masse salariale en cas de baisse d’activité.

« Cela évite le chômage partiel ou les licenciements économiques. Lors d’une période creuse, l’une de nos entreprises adhérentes a par exemple proposé à son comptable, en sous-activité, d’aller travailler deux jours par semaine pendant quatre mois dans une autre PME qui en avait besoin », illustre Jérôme Gonon.

>> A lire aussi : Lyon: Du bouche-à-oreille 2.0 pour dénicher des professionnels de confiance

250 à 300 sociétés inscrites

En pratique, l’employé ne se préoccupe de rien. « Son salaire lui est versé par son entreprise qui est ensuite remboursée par la société hôte », ajoute MobiliWork. La structure « accueillante » tire également profit de ce dispositif puisqu’avec le prêt de salariés, elle s’économise la procédure parfois longue et onéreuse du recrutement et dispose immédiatement d’un employé volontaire, motivé et compétent.

Les trois créateurs de MobiliWork, une start up lyonnais qui facilite le prêt de compétences entre entreprises.
Les trois créateurs de MobiliWork, une start up lyonnais qui facilite le prêt de compétences entre entreprises. - MobiliWork

 

Depuis la création de la plateforme, 250 à 300 entreprises se sont inscrites sur MobiliWork, moyennant une adhésion dont le prix (quelques dizaines d’euros) varie en fonction de la taille de la société. La plupart des secteurs d’activité sont aujourd’hui représentés. « Nous travaillons en majorité avec des PME mais les entreprises adhérentes vont de la start-up aux grands groupes du Cac 40 », ajoute Laurent Gonon. Une fois que deux structures se sont accordées sur un prêt de salarié, la start-up perçoit une commission.

Pour devenir une référence, les trois entrepreneurs, accueillis pendant un an au sein de l’incubateur de l’EM Lyon, visent un développement rapide sur tout le territoire national puis à moyen terme à l’international.