Lyon: Gérard Collomb ne partira pas complètement, il gardera toujours «un œil vigilant» sur la ville

POLITIQUE Le ministre de l’Intérieur a indiqué qu’il continuera de siéger à Lyon en tant que conseiller municipal et conseiller communautaire afin de suivre les dossiers locaux…

Caroline Girardon

— 

Gérard Collomb a présidé le conseil municipal de Lyon, lundi 29 mai, sous les applaudissements.
Gérard Collomb a présidé le conseil municipal de Lyon, lundi 29 mai, sous les applaudissements. — C. Girardon/ 20 Minutes
  • Le maire de Lyon, nommé ministre de l’intérieur, n’a pas encore démissionné de ses mandats locaux.
  • Il a indiqué qu’il continuera de siéger en tant que conseiller municipal et métropolitain tout en travaillant place Beauvau.

Pour l’instant, il n’a toujours pas envoyé sa lettre de démission, indiquant qu’il le fera après les législatives. Alors que le Premier ministre, Edouard Philippe vient de quitter la mairie du Havre, Gérard Collomb fait durer le plaisir. Le maire de Lyon, nommé ministre de l’Intérieur a présidé lundi après-midi le conseil municipal.

>> A lire aussi : Le Premier ministre Edouard Philippe abandonne son fauteuil de maire

« Il veut assurer la transition en douceur et faire que sa succession se déroule dans la sérénité », indique son entourage. D’autres répondront qu’il garde son strapontin au chaud en cas de remaniement ministériel. « C’est stratégique car il sait très bien que les résultats des législatives vont donner l’orientation du prochain gouvernement », analyse Dominique Nachury, conseillère municipale LR.

>> A lire aussi : Gérard Collomb fait ses adieux à la Métropole

« Mon cœur et mon œil vigilant seront toujours tournés vers Lyon »

« Son ambition personnelle prendra le dessus. Il ne s’en est jamais caché », lâche Christophe Boudot, conseiller FN, persuadé que le maire de Lyon restera place Beauvau. Une certitude : Si Gérard Collomb démissionne, il continuera de gérer les affaires lyonnaises à distance. « Mon cœur et mon œil vigilant seront toujours tournés vers Lyon », annonce-t-il en préambule du conseil municipal, sourire aux lèvres. Car le ministre ne fait pas de mystère : il siégera toujours à la Métropole mais aussi à la ville en tant que simple conseiller.

« Il a du mal à lâcher mais cela n’est pas étonnant car il est très attaché à sa ville et à la Métropole. De plus, il est convaincu que la ville a changé grâce à lui. Quand on écoute ses discours, on a l’impression que rien n’avait été fait avant lui », réagit Laurence Balas, conseillère municipale LR.

Siéger par « fidélité »

« Je pense qu’il continuera de siéger par fidélité aux gens qui l’ont élu. Ce qui me paraît normal », nuance Dominique Nachury. Et d’ajouter : « La question est de savoir s’il pourra le faire en ayant de telles responsabilités. Cela sera difficile ».

>> A lire aussi : Longtemps loser à Lyon, Gérard Collomb savoure sa consécration à Beauvau

« Il risque de ne jamais être là mais il est certain qu’il ne veut pas disparaître de la scène comme cela, ni lâcher son territoire », poursuit Laurence Balas, rappelant que le principal intéressé a fait savoir il y a quelque mois qu’il voulait se représenter à la présidence de la Métropole lyonnaise en 2020.

Homme de pouvoir

« Gérard Collomb est un homme de pouvoir, omnipotent. Il tient la ville comme il tient ses adversaires politiques, c’est-à-dire grâce à l’aide de puissants réseaux », enchaîne Christophe Boudot, trouvant « anormal » que le principal intéressé puisse encore siéger après sa probable démission. « C’est une réaction du passé. Comment un homme qui est l’un des plus importants du gouvernement peut-il continuer d’exercer certains mandats ? Il ne peut pas être à la fois à Paris et à Lyon », conclut-il.