Savoie: Vingt-cinq ans de prison contre l'«empoisonneuse de Chambéry»

JUSTICE Ludivine Chambet encourait la perpétuité pour avoir empoisonné treize personnes âgées dont dix qui sont décédées…

C.G. avec AFP
— 
Ludivine Chambet a écopé de 25 ans de prison pour avoir empoisonné treize résidents d'une maison de retraite, dont dix qui sont décédés

AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT
Ludivine Chambet a écopé de 25 ans de prison pour avoir empoisonné treize résidents d'une maison de retraite, dont dix qui sont décédés AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT — AFP

Vingt-cinq ans de prison. C’est la peine prononcée mardi par la cour d’assises de Savoie à l’encontre de Ludivine Chambet. La jeune femme de 34 ans, ancienne aide soignante était poursuivie pour avoir empoisonné treize résidents de la maison de retraite dans laquelle elle travaillait à Chambéry.

L’altération de son discernement reconnue

Les jurés se sont montrés un peu plus cléments que l’avocat général qui avait réclamé trente années de réclusion criminelle. Dix des personnes âgées empoisonnées sont décédées. Agées de 76 à 96 ans, elles n’étaient pas en fin de vie et aucun n’avait exprimé l’envie d’abréger son existence.

>> A lire aussi : Ludivine Chambet «n'est pas Francis Heaulme» selon les psychiatres

L’altération de son discernement au moment des faits, commis entre septembre 2012 et novembre 2013, a été reconnue. Ludivine Chambet encourait la perpétuité.