Présidentielle: Comment Collomb et Lyon vont être récompensés de leur soutien à Macron

ELECTION Le maire socialiste de Lyon Gérard Collomb est très proche du nouveau président de la République depuis un an…

Jérémy Laugier

— 

Gérard Collomb et Emmanuel Macron, ici avant la visite du Centre Léon Bérard à Lyon, le 4 février.
Gérard Collomb et Emmanuel Macron, ici avant la visite du Centre Léon Bérard à Lyon, le 4 février. — ROBERT PRATTA / POOL / AFP
  • Les Lyonnais Gérard Collomb et Bruno Bonnell font partie des principaux soutiens d’Emmanuel Macron depuis un an.
  • S’ils refusent d’évoquer des ambitions personnelles, ils pourraient faire partie du gouvernement du nouveau président de la République.

« Je n’ai aucun commentaire à faire. » A bientôt 70 ans, Gérard Collomb est bien trop expérimenté pour se laisser aller à une annonce publique prématurée sur sa possible présence dans le gouvernement d’Emmanuel Macron, au lendemain de l’élection de ce dernier à la tête de la France. Après avoir participé à la cérémonie du 8 Mai au Parc de la Tête d’Or, le maire de Lyon n’a pas manqué de saluer le succès du candidat d’ En Marche!, qu’il soutient de près depuis un an.

>> A lire aussi: Notre live, la première manifestation après l'élection d'Emmanuel Macron démarre dans le calme à Paris

« Nous pouvons à nouveau être fiers de notre pays, s’enthousiasme Gérard Collomb. Nous étions quelquefois dans le repli. Nous sommes aujourd’hui dans l’enthousiasme de la jeunesse. A nous de le conserver et de faire en sorte que de cette histoire puisse naître un grand avenir. »

Gérard Collomb : « Il fallait sortir de cette impasse ravageuse »

Et cette histoire météorique, Gérard Collomb a grandement contribué à l’écrire depuis Lyon, au risque de faire grincer pas mal de dents dans son camp socialiste. « J’ai compris que les fractures ne passaient plus entre les partis mais à l’intérieur des partis, a confié le sénateur-maire de Lyon au Progrès. Il fallait sortir de cette impasse ravageuse. »

>> A lire aussi: Plus de 84% des Lyonnais ont choisi Emmanuel Macron

Ils y sont parvenus dès cette élection présidentielle et ont pu savourer l’issue en petit comité dimanche soir, au QG de campagne d’Emmanuel Macron dans le 15e arrondissement de Paris. C’est pourquoi il ne fait aucun doute que Gérard Collomb restera parmi les plus proches conseils du président de la République, qu’il fasse partie de son gouvernement ou non.

Bruno Bonnell : « Je n’ai pas d’ambition particulière et je n’attends rien »

Mais le lien entre Emmanuel Macron et Lyon ne se limite pas à son maire. Chef de cabinet de Gérard Collomb à la métropole lyonnaise, Jean-Marie Girier s’est investi à partir de septembre 2016 dans l’équipe d’En Marche, au point de devenir le directeur de campagne d’Emmanuel Macron. Ce dernier a également pu être inspiré par « la relation étroite entre le politique et l’économique à Lyon ». « En créant de meilleures conditions économiques, on a un impact réel sur le politique et l’équilibre dans la ville. Les 84 % obtenus dans ce second tour démontrent que ce système fonctionne », détaille Bruno Bonnell, entrepreneur spécialisé dans l’industrie digitale et porte-parole de l’ancien ministre de l’Economie dans le Rhône.

>> A lire aussi: Le rôle prépondérant de Gérard Collomb dans l'ascension de Macron

Bruno Bonnell, ici en 2014 aux côtés d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement Productif.
Bruno Bonnell, ici en 2014 aux côtés d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement Productif. - ERIC PIERMONT / AFP

« Plus qu’en bénéficier, la ville de Lyon va participer à cet élan global, confie le PDG de Robopolis, convaincu par Emmanuel Macron après avoir assisté à l’un de ses discours en juin 2016 à l’Hôtel de Ville. Il n’y a pas d’intérêt particulier ou localisé lié au fait que Gérard Collomb et moi-même ayons été aussi tôt en marche. » Il pourrait faire partie des surprises du prochain gouvernement. « Tout le monde spécule là-dessus mais je n’ai pas fait ça pour quelconque poste, assure Bruno Bonnell à 20 Minutes. Je suis un chef d’entreprise depuis de très nombreuses années. Si Emmanuel Macron a besoin de moi à quelque niveau que ce soit, je continuerai à participer. Mais je n’ai pas d’ambition particulière et je n’attends rien. » Reste à savoir si le président de la République ne sera pas tenté de s’appuyer dans sa nouvelle vie sur ses si précieux liens lyonnais.