VIDEO. Présidentielle: Plus de 84% des Lyonnais ont choisi Emmanuel Macron

ELECTION L’abstention a été moins importante à Lyon dimanche que dans la plupart des autres grandes villes françaises…

Jérémy Laugier
— 
Emmanuel Macron, ici lors d'un meeting à Lyon en février.
Emmanuel Macron, ici lors d'un meeting à Lyon en février. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • Emmanuel Macron a récolté 84,11 % des voix dimanche dans l'agglomération lyonnaise
  • L'abstention de 24,13 % est très loin de celle constatée lors du second tour à Lille, Marseille et Toulouse

En 2002, Jacques Chirac avait rassemblé 85,03 % des suffrages à Lyon lors du second tour de l’élection présidentielle face à Jean-Marie Le Pen (14,97 %). Quinze ans plus tard, Emmanuel Macron a quasiment réalisé le même score dimanche en récoltant 84,11 % des voix dans l’agglomération lyonnaise (15,89 % pour Marine Le Pen).

>> A lire aussi : Selon les résultats définitifs, Macron l'emporte avec 66,1% des voix...

Si sa victoire sur les terres de son proche soutien Gérard Collomb est moins impressionnante qu’à Paris (89,68 %), elle reste plus importante que dans d’autres grandes villes françaises comme Toulouse (82,97 %), Strasbourg (81,24 %), Lille (78,27 %) et Marseille (64,42 %),

>> A lire aussi: A Lyon, Macron fait «mieux que Barack Obama»

Une abstention en hausse, mais loin de Lille, Marseille et Toulouse

Le premier arrondissement lyonnais, où Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête au premier tour, a même permis au nouveau président de la République d’atteindre 91,51 % dimanche. A contrario, c’est dans le 8e arrondissement que Marine Le Pen a le mieux résisté lors du second tour, avec 21,08 % des voix, dans la lignée du 13,79 % de la candidate FN deux semaines plus tôt dans cette partie de la ville.

Si l’abstention s’est révélée en hausse dimanche à Lyon (de 19,64 % à 24,13 %), elle reste bien loin de son explosion dans d’autres grandes villes, à commencer par Lille (30,24 %), Marseille (30,67 %) et Toulouse (32,60 %).

>> A lire aussi: A Lyon, dans les bureaux pro-Fillon, on veut «faire barrage au FN»