Lyon: L'extrême droite soupçonnée de violences dans un local d'En Marche !

POLITIQUE Une quinzaine de personnes ont jeté des fumigènes dans la permanence En Marche ! du 2e arrondissement de Lyon, vendredi…

O.A. avec AFP

— 

Affiche de campagne déchirée à Lyon
Affiche de campagne déchirée à Lyon — JEFF PACHOUD / AFP

Coup de chaud à moins de 48h du second tour de la présidentielle, à Lyon. Une permanence du mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macrona été prise pour cible vendredi en début de soirée par une quinzaine de personnes, qui ont notamment jeté des fumigènes, a-t-on appris samedi auprès de la police.

>> A lire aussi : Impôts, Europe, cause animale... Découvrez nos comparatifs des programmes d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

Quatre militants étaient présents dans ce local du 2e arrondissement de Lyon, lorsque les fauteurs de trouble ont fait irruption vers 19 heures, a rapporté un porte-parole de la police cité par l’agence AFP. Selon la même source, aucun blessé n’a été répertorié.

Jets de peinture sur la vitrine, fin avril

La vitrine du local, situé rue du Président-Carnot, avait déjà fait l’objet de jets de peinture dans la nuit du 28 au 29 avril.

Cette fois, les assaillants « ont jeté des tracts et des faux billets à l’effigie d’Emmanuel Macron et ont craché sur la vitrine en partant », a précisé la source policière. Selon la Sûreté départementale, chargée de l’enquête, des fumigènes ont aussi été lancés à l’intérieur du local.

>> A lire aussi : Un local de campagne d’En Marche vandalisé à Lyon

Les enquêteurs envisagent l’hypothèse d’une appartenance des fauteurs de trouble au GUD, syndicat étudiant d’extrême droite. Deux plaintes ont été déposées.

Le maire de Lyon Gérard Collomb est l’un des premiers responsables socialistes à s’être rallié à Emmanuel Macron, en 2016.