ASSE: Les Green Angels appellent au boycott contre Bordeaux, 25 ans après la tragédie de Furiani

FOOTBALL « Ce n’est pas une question de football, mais de respect », pointe le groupe de supporters stéphanois, qui refuse de voir un match programmé le 5 mai…

Jérémy Laugier
— 
Les Green Angels, ici lors d'un match de Ligue Europa la saison passée face au FC Bâle.
Les Green Angels, ici lors d'un match de Ligue Europa la saison passée face au FC Bâle. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • 18 personnes sont mortes lors de l’effondrement d’une tribune dans le stade bastiais le 5 mai 1992
  • La LFP vient « salir la mémoire de vies humaines pour toujours plus de droits TV », estiment les Green Angels

Le Kop Sud du stade Geoffroy-Guichard devrait sonner creux vendredi (20h45) malgré une affiche déterminante dans la course à la Ligue Europa contre Bordeaux. Deux semaines après le fameux huis clos ( perturbé) contre Rennes (1-1), les Green Angels 92 viennent en effet de publier un communiqué pour appeler « au boycott total » du match, en raison de sa date, 25 ans jour pour jour après la tragédie de Furiani.

A l’occasion d’une demi-finale de Coupe de France entre le SC Bastia et l’OM, le 5 mai 1992, l’effondrement d’une tribune du stade Armand-Cesari avait en effet causé la mort de 18 personnes, tout en faisant plus de 2.000 blessés.​


​« Salir la mémoire de vies humaines pour toujours plus de droits TV »

« Depuis presque une décennie, nous avons toujours milité pour qu’aucun match n’ait lieu ce jour-là, en hommage aux premières victimes du football moderne », rappelle le groupe de supporters stéphanois, qui réalisera une quête aux abords du stade vendredi au profit du Collectif des victimes du 5 mai 1992.

Très souvent remontés contre la Ligue, les Green Angels se fendent ici d’un nouveau tacle appuyé : « Alors que la LFP ne cesse de nous parler d’éthique ou encore de morale, ces mêmes ''bien-pensants'' viennent salir la mémoire de vies humaines pour toujours plus de droits TV ».