Les Lyonnais invités à apprendre à sauver des vies lors d'une semaine d'initiation

SANTE Du 16 au 20 mai, la ville organise la semaine des gestes qui sauvent...

Elisa Frisullo

— 

Une séance d'initiation aux premiers secours.
Une séance d'initiation aux premiers secours. — P. Hertzog/ AFP

Des mouvements faciles à apprendre qui pourraient permettre d’épargner bon nombre de vies. Du 16 au 20 mai, la ville de Lyon organise pour la première fois la semaine des gestes qui sauvent. Les habitants sont ainsi invités à s’inscrire dès à présent à l’une des séances d’initiation proposées gratuitement et accessibles dès l’âge de 10 ans.

Une mobilisation citoyenne indispensable, selon les services de secours, pour sensibiliser au rôle essentiel joué dans les premières minutes suivant un accident ou un malaise par les premiers témoins. « Il est essentiel que la population se forme », a indiqué ce mercredi Jacques Beaune, président d’honneur de la Fédération française de cardiologie, partenaire de cette semaine d’actions.

Appeler les secours, masser, utiliser un défibrillateur

« En moyenne, les pompiers arrivent dix minutes après l’accident, le SAMU, 20 minutes après. Or, si quelqu’un n’agit pas dans les trois-quatre minutes, c’est pratiquement peine perdue », indique-t-il. Sur les 60.000 arrêts cardiaques enregistrés en France chaque année, le taux de survie est de 5 % dans les 30 jours. Lorsqu’un témoin est intervenu, en appelant les secours, en pratiquant un massage cardiaque et en utilisant un défibrillateur mis à disposition dans l’espace public, ce taux monte à 35 %, selon les services de secours.

Pour découvrir ces trois gestes de base, indispensables pour que le cœur reparte et que le cerveau ne soit pas privé d’oxygène, évitant ainsi des séquelles irréversibles, plusieurs rendez-vous sont donnés au public. Le mercredi 17 mai, une journée de sensibilisation sera proposée au centre commercial de la Part-Dieu par la Fédération française de cardiologie et le comité d’animation sociale et culturelle des sapeurs-pompiers.

>> A lire aussi : VIDEO. Formation aux gestes qui sauvent: «Si je me retrouve sur une scène d'attentat, je veux savoir quoi faire»

« Une prise de conscience depuis les attentats »

Le 19 mai, 360 élèves de CM1 et CM2 seront initiés sur le temps périscolaire dans dix écoles de Lyon. Le 20 mai, les casernes de pompiers de Corneille (6e arrondissement), Gerland (7e), Rochat (7e) et Confluence (2e) accueilleront le public pour des sessions de formation de deux heures. « Il y a une prise de conscience de la population au sujet des gestes qui sauvent depuis les attentats », estime le colonel Serge Delaigue, patron des pompiers du Rhône.

Lors de ces sessions, chacun pourra également apprendre à maîtriser une hémorragie, en réalisant un garrot. Un geste nécessaire pour maintenir la pression sanguine et irriguer le cerveau et les organes vitaux. Ces informations seront également transmises place Bellecour où le 20 mai, une « rue des premiers secours » permettra de suivre un parcours pédagogique et ludique pour comprendre la chaîne des secours, s’initier aux gestes de secourisme et participer à des mises en situation.

A l’occasion de cette première semaine de formation, la ville espère initier 2.000 Lyonnais.


Où trouver des défibrillateurs ?

Depuis 2003, la ville de Lyon a installé 110 défibrillateurs à l’intérieur de ses équipements municipaux (piscines, salles de spectacles, mairies…). Ils ont été utilisés douze fois, selon Céline Faurie-Gauthier, conseillère municipale déléguée aux hôpitaux, à la prévention et à la santé. Ces équipements viennent s’ajouter aux autres appareils disponibles dans différents autres lieux publics, comme les gares ou les aéroports. Pour savoir où trouver un défibrillateur autour de vous, sachez que l’application Staying alive, disponible sur smartphone, recense tous les appareils disponibles dans l’espace public.