Ligue Europa: Entre Quaresma et Babel, Besiktas n’est-il pas un repère d’ex-pépites des années 2000?

FOOTBALL Les trentenaires ont la cote au Besiktas Istanbul, qui défie l’OL en quart de finale aller de Ligue Europa ce jeudi (21h05)…

Jérémy Laugier

— 

Si Ricardo Quaresma sera absent pour la manche aller ce jeudi, Ryan Babel sera bien l'un des principaux atouts offensifs du Besiktas Istanbul.
Si Ricardo Quaresma sera absent pour la manche aller ce jeudi, Ryan Babel sera bien l'un des principaux atouts offensifs du Besiktas Istanbul. — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA & BULENT KILIC/AFP

Parcourir l’effectif du Besiktas Istanbul vous replonge en moins de deux dans vos souvenirs de parties endiablées de PES au cœur des années 2000. Car Ricardo Quaresma voyageait tranquillement à l’époque du Barça à Chelsea, via Porto et l’Inter Milan, tandis que Ryan Babel s’affirmait comme la nouvelle arme fatale de Liverpool, en soutien de Fernando Torres. A l’époque, un quart de finale de Ligue Europa contre l’OL aurait pu leur paraître fadasse.

C’est pourtant bien ce challenge européen qui les attend ce jeudi (21h05) à Décines. Enfin, pour l’international néerlandais de 30 ans, car Ricardo Quaresma est officiellement forfait pour le match aller en raison d’une douleur à la cuisse droite.

>> A lire aussi: Ça fait quoi de jouer à domicile contre des milliers de supporters turcs?

« Peut-être la qualité de centre la plus incroyable au monde »

C’est un énorme coup dur pour Besiktas car le fantasque Portugais de 33 ans, auteur de 5 buts et surtout de 14 passes décisives cette saison (toutes compétitions confondues), est le principal atout offensif de l’actuel leader du championnat turc. « Il est moins explosif qu’à ses débuts mais il est toujours aussi fin techniquement, confie le milieu sénégalais de Bursaspor Ricardo Faty. Il est même peut-être le joueur à la qualité de centre la plus incroyable au monde. Les supporters du Besiktas l’aiment beaucoup. »

Décisif en 8es de finale à l’Euro contre la Croatie (1-0, 117e), l'ancien soliste expert en frappes foudroyantes de l’extérieur du pied s’est mué en joueur collectif qui pourrait faire souffrir Jérémy Morel, dans une semaine à Istanbul. En attendant, c’est surtout Ryan Babel qui devra être surveillé de près au Parc OL. Les supporters lyonnais n’ont sans doute pas oublié son tonitruant coup de canon face à Hugo Lloris, lors d’un match nul (1-1) de Ligue des champions, en novembre 2009 à Gerland.

Van Persie, Podolski, Sneijder, Eto’o et Adebayor ont tous filé en Turquie

« Ryan était vraiment un grand talent mais les jeunes Hollandais ont parfois du mal à réussir leur grand saut vers le plus haut niveau, analyse Yordi Yamali, journaliste pour l’émission télévisée néerlandaise FC Afkichen. Sur ce qu’il montre depuis son arrivée cet hiver à Istanbul, il est dans la meilleure période de sa carrière. » A ce duo, on peut ajouter un autre joueur expérimenté, le Brésilien Adriano (32 ans), révélé à Séville (2005-2010) puis au Barça (2010-2016). Pourquoi une telle politique de recrutement, si éloignée du jeunisme souvent constaté en Ligue 1 ?

>> A lire aussi: Connaissez-vous parfaitement l'histoire de l'OL en Coupes d'Europe?

« Ce n’est pas propre au Besiktas, tient à préciser Ricardo Faty (30 ans). De nombreux clubs turcs proposent de beaux salaires à des trentenaires qui n’ont plus leur place dans les meilleurs clubs d’Europe mais qui ont encore du ballon, comme Robin van Persie [Fenerbahçe] et Lukas Podolski [Galatassaray]. » En fait, les plus grandes stars du championnat sont toutes assez vieillissantes, de Samuel Eto’o (36 ans, Antalyaspor) à Wesley Sneijder (32 ans, Galatassaray) en passant par Emmanuel Adebayor (33 ans, Basaksehir). Un papy-boom qui se dresse cette semaine devant les jeunes Lyonnais, sur leur route en direction de Stockholm.