Rhône: Un gang de cinq ravisseurs, suspecté d'une violente séquestration, écroué

ENQUETE Leur victime, âgée de 28 ans, aurait subi des violences proches de la torture...

E.F.

— 

Les cinq hommes ont été mis en examen le 7 avril 2017. Illustration..
Les cinq hommes ont été mis en examen le 7 avril 2017. Illustration.. — E. Frisullo / 20 Minutes

Un guet-apens suivi de plusieurs heures de violences proches de la torture. Vendredi, un gang de cinq hommes, âgés de 26 ans à 31 ans, a été mis en examen et écroué à Lyon pour des faits de « vols avec violence et séquestration en bande organisée ». Après sept mois d’enquête, la brigade de répression du banditisme a fini par mettre la main sur ces malfaiteurs soupçonnés d’avoir fait vivre une nuit d’horreur à un homme de 28 ans le 24 août 2016, relate Le Progrès.

Ce soir-là, le jeune homme était tombé dans une embuscade dans le quartier de la Péralière à Villeurbanne, dans le Rhône. Il avait alors été frappé et conduit de force dans un lieu de détention par des hommes armés et encagoulés. La victime aurait alors été menacée avec un pistolet, frappée avec un marteau.

De la javel dans les yeux

Les ravisseurs seraient allés jusqu’à lui jeter de l’eau de javel dans les yeux et auraient menacé de tuer son père pour lui soutirer 100.000 euros. Après des heures de violences, ils avaient fini par lui voler ses cartes bancaires et par retirer de l’argent sur le compte du jeune homme, libéré à l’aube, en caleçon et le nez fracturé.

Malgré le traumatisme et la peur qui ont conduit sa famille à déménager depuis cette nuit d’horreur, le garçon a parlé. Mardi, leur enquête les a conduits dans un appartement de Bron qui aurait servi de lieu de séquestration. Au cours de la perquisition, les enquêteurs ont retrouvé des bouteilles d’eau de javel, un marteau. 

Connus pour des violences et braquages

A Chassieu et Villeurbanne, où d’autres perquisitions ont eu lieu suite à l’interpellation du gang de ravisseurs, des tickets de retrait des cartes de la victime ont été retrouvés, mais aussi des armes, 19.000 euros en espèces, des cagoules et des téléphones.

Les hommes, suspectés d’être les protagonistes de cet enlèvement, sont connus de la justice pour des violences et des braquages.