Savoie: Duel mortel entre deux gypaètes barbus...La reproduction de l'espèce pourrait être menacée

ANIMAUX Le parc de la Vanoise s’est inquiété de ce duel mortel…

C.G. avec AFP

— 

Un gypaète barbu.
Un gypaète barbu. — Michael Kakzmar / LPO Pyrénées vivantes

Il fallait que l’un des deux y laisse ses plumes. Prêts à en découdre, deux gypaètes barbus se sont livrés un combat sans merci, se défendant becs et serres et se rendant coups pour coups au-dessus de le parc de la Vanoise, en Savoie.

L’affrontement a tourné au duel mortel puisque l’un des deux rapaces a été retrouvé dimanche dernier sans vie par les agents du parc. Le problème est que ce duel entre deux mâles pourrait bien avoir des conséquences sur la reproduction de l’espèce. explications.

Le rôdeur perturbe la couvaison

Ce combat a interrompu une couvaison. Il a même fait perdre un des rares œufs de cette espèce menacée. Le vaincu était visiblement un « intrus ». Un « rôdeur » qui s’est approché d’un peu trop près d’un couple d’oiseaux vivant à Bessans, en Haute-Maurienne.

>> A lire aussi : Un Gypaète barbu, un vautour très rare, sera relâché mardi dans la vallée d'Aspe

« Après examen attentif des rémiges [les longues plumes en bout d’aile] et comparaison avec des photos récentes des oiseaux vus ces derniers temps, nous pouvons affirmer qu’il ne s’agit pas d’un des deux oiseaux du couple installé à Bessans », a affirmé vendredile parc de la Vanoise dans un communiqué.

Mais le rapace est considéré comme « responsable de l’échec de la reproduction ». Car « Il a perturbé les gypaètes en train de couver, qui pour se défendre et repousser l’intrus, sont allés au combat – mortel – délaissant la couvaison », selon le parc.

Une espèce menacée réintroduite

Pourtant, l’hiver avait été porteur de bonnes nouvelles : les cinq couples reproducteurs suivis par le parc avaient tous pondu, une « première » en Vanoise. La couvaison dure environ 55 jours et dans cette période critique, « les parents ne peuvent quitter simultanément le nid sous peine de perdre leur couvée soit par manque de chaleur soit par prédation, du grand corbeau essentiellement », selon les spécialistes de ce vautour.

Le gypaète barbu, disparu des Alpes au début du XXe siècle, fait l’objet d’un programme de réintroduction international depuis 1986. La population reste fragile : en 2014 l’arc alpin comptait 32 couples reproducteurs sur 175 au total dans toute l’Europe.