Lyon: Délogés d'un square, des sans-abri ont envahi la mairie du 3e arrondissement

SOCIAL Sur les 116 personnes, onze ont été relogées le soir-même. Pour les autres, la situation n’est pas encore réglée…

Caroline Girardon

— 

Illustration d'une évacuation de squat, près de Lyon.
Illustration d'une évacuation de squat, près de Lyon. — Philippe Desmazes afp.com

Un accès de colère. Jeudi après-midi, 116 Albanais, qui dormaient dans des abris de fortune, dans le jardin du Sacré-Cœur, se sont installés à la mairie du 3e arrondissement de Lyon. Quelques heures en guise de protestation.

En cause : l’expulsion dont ils ont été victimes le matin même. Le square, qu’ils occupaient depuis plusieurs semaines, a été évacué par les forces de l’ordre.

La ville de Lyon, propriétaire des lieux, avait réclamé leur expulsion, estimant qu’il s’agissait d’une occupation illégale. Le tribunal administratif lui avait donné raison le 2 mars, ordonnant aux sans-abri de quitter les lieux sous 72 heures.

>> A lire aussi : Incompréhension après la fermeture de places grand froid dédiées aux sans-abri

Ces mêmes Albanais avaient précédemment été chassés d’un autre squat, dans le parc Jugan. Ils ont occupé jusqu’en fin d’après-midi les locaux de la mairie du 3e arrondissement de Lyon, afin de réclamer des solutions de logements.

11 personnes vulnérables mises à l’abri

Selon la préfecture, onze personnes « vulnérables » ont bénéficié d’une mise à l’abri immédiate. « 56 demandeurs d’asile, se sont vus proposer par l’Office français de l’immigration et de l’intégration, une solution dans le dispositif d’accueil dédié », ajoute-t-elle. Huit dont déjà logées en centre d’accueil de demandeurs d’asile.

>> A lire aussi : L'éternel casse-tête de l'hébergement d'urgence à Lyon

43 autres seront reçues prochainement par le « guichet unique » pour étudier leur demande et 18 sont en situation irrégulière.