Loire: Un entraîneur de football «roué de coups» par un joueur adverse après un match

FOOTBALL Le coach de La Fouillouse s'est vu prescrire 15 jours d'ITT minimum après l'agression subie dimanche...

J.L.

— 

Photo d'illustration d'un terrain de football amateur.
Photo d'illustration d'un terrain de football amateur. — JAUBERT/SIPA

Jean-Marie Lorillo n’est pas près d’oublier la rencontre de première division de district de la Loire ayant eu lieu entre son équipe de La Fouillouse et le SUC Terrenoire dimanche. Comme le révèle Le Progrès, cet entraîneur de l’équipe seniors a en effet été agressé par un joueur adverse après la rencontre de football amateur.

« J’ai une rupture de la rate, un traumatisme crânien, l’os frontal est fracturé, de même que la sixième côte et aussi une dent. J’ai des plaies au front, à la bouche et le visage tuméfié. Le médecin m’a dit que j’avais encore sur le front l’empreinte de la chaussure de celui qui m’a frappé », énumère Jean-Marie Lorillo, qui s’est vu prescrire 15 jours d’ITT minimum.

« J’ai pensé qu’ils étaient plusieurs à me frapper »

L’homme de 46 ans se trouvait encore au service des soins intensifs du HPL de Saint-Etienne lundi. Durant un match marqué par deux exclusions dans chaque camp, le ton est souvent monté et le capitaine de Terrenoire avait annoncé à trois reprises qu'« il le retrouverait à la sortie ».

Prenant ses menaces au sérieux, Jean-Marie Lorillo a vite quitté le vestiaire après la rencontre pour éviter de le croiser. « J’ai été interpellé sur le parking, je me suis retourné et j’ai reçu un coup de pied au niveau du sternum. Je suis tombé à terre et j’ai été roué de coups. J’ai pensé qu’ils étaient plusieurs à me frapper tant le débit était important », explique-t-il.

L’entraîneur n’a pas encore déposé plainte

Le président du club stéphanois du SUC Terrenoire Michel Faure n’a pas non plus compris cette agression. « Il est sorti du vestiaire comme un fou, a violemment frappé l’entraîneur adverse et est ensuite parti en voiture jusque chez lui. Nous avons bien entendu fourni son signalement aux policiers. C’est une affaire dramatique », a souligné ce dernier. Jean-Marie Lorillo n’a pourtant pas encore déposé plainte, ne voulant pas « salir l’image d’un club et d’un président que j’estime ».