Lyon poursuit l'aménagement de ses berges

URBANISME Un nouveau plan, représentant un investissement global de 5,1 millions d’euros, a été signé vendredi…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration des berges à Lyon (Rhône).
Illustration des berges à Lyon (Rhône). — Philippe Merle AFP

Un nouveau plan pour la poursuite de l’aménagement des berges du Rhône et de la Saône, représentant un investissement global de 5,1 millions d’euros, a été signé vendredi entre la Métropole de Lyon et Voies navigables de France (VNF).

Cette nouvelle charte, valant pour la période 2016-2021, vise à poursuivre la restauration de la façade fluviale, notamment sur les rives de la Saône, qui avaient bénéficié lors du précédent plan d’un vaste chantier d’aménagement sur quinze kilomètres. Des travaux seront également conduits sur le canal de Miribel, une dérivation du Rhône en amont de la ville.

Trois nouveaux bateaux de croisière

Le développement de l’offre touristique, avec l’arrivée annoncée de trois nouveaux bateaux de promenade, et l’accompagnement de la croissance du transport fluvial, sont également au cœur de cette nouvelle charte.

« C’est une valeur ajoutée d’image, la métropole a su reconquérir son linéaire fluvial », s’est félicité le conseiller délégué de la métropole en charge du fleuve, Roland Bernard, lors d’une conférence de presse. « Lors de la signature de la première charte, en 1997, il y avait sept bateaux de croisière, aujourd’hui ils sont 27 et nous estimons à 60 millions d’euros par an leurs retombées économiques sur le territoire ».

Déchetterie fluviale

Dans son volet environnemental, le programme comprend également l’expérimentation d’une déchetterie fluviale, mise en place depuis décembre.

Pour le directeur de VNF, Marc Papinutti, « Lyon est un exemple extraordinaire de multifonctionnalité du fleuve et de la rivière », en soulignant que « d’autres agglomérations, comme Strasbourg » souhaitaient s’en inspirer.

Depuis 2007, les berges du Rhône, longtemps encombrées de parkings, ont été rendues à la promenade sur 5 km, du parc de la Tête d’Or au nord à celui de Gerland au sud.