Collomb rallie les Verts et divise le PS

Frédéric Crouzet - ©2007 20 minutes

— 

Gérard Collomb (PS) fait presque l'union dans son camp. Après le PCF et le PRG, les adhérents des Verts de Lyon ont accepté lundi soir à une large majorité (79 %) de participer à la liste menée par le maire sortant. Après trois semaines de négociations, les écologistes obtiendraient entre 5 et 8 élus au conseil municipal en cas de victoire, ainsi que l'assurance de diriger une mairie d'arrondissement. Ils n'ont en revanche pas réussi à imposer l'arrêt de l'extension de la vidéosurveillance ou la baisse des tarifs TCL.

La subtile composition de la liste de 221 personnes, qui s'achève, fait cependant grincer des dents... au PS. Le maire sortant doit faire valider ce soir aux militants la liste des adhérents socialistes qui n'auront droit qu'à un tiers des places. Les membres du Nouveau parti socialiste (NPS) ont annoncé hier qu'ils ne valideront pas ces listes à « l'élaboration opaque et qui marginalisent de façon dangereuse les partis de gauche au bénéfice des personnalités de la société civile ». Selon le NPS, la stratégie de Collomb ne respecte pas « l'orientation de résistance locale à Sarkozy ». Le maire sortant a ainsi imposé la présence de l'avocat Richard Brumm, qui ne cache pas son admiration pour le président de la République. Azouz Begag (MoDem), hostile à Nicolas Sarkozy, a bien été approché mais a décliné l'offre : « Je suis un ancien ministre. Je ne vois pas ce que j'irais faire comme conseiller d'arrondissement, surtout sur une liste du PS, un parti qui n'existe plus. »