Ligue Europa: Pourquoi l'OL doit-il vraiment se méfier de l'AZ Alkmaar?

FOOTBALL Les Lyonnais sont nettement favoris de leur 16e de finale aller de Ligue Europa, ce jeudi (19 heures) aux Pays-Bas. Et pourtant...

Jérémy Laugier

— 

Auteur d'un but en phase de poules à Dundalk (Ecosse), Wout Weghorst (au centre) est l'un des atouts offensifs de l'AZ Alkmaar.
Auteur d'un but en phase de poules à Dundalk (Ecosse), Wout Weghorst (au centre) est l'un des atouts offensifs de l'AZ Alkmaar. — Paul FAITH / AFP

L’OL a beau avoir perdu 5 de ses 7 derniers matchs officiels, pas grand monde en France n’imagine son élimination dès les 16es de finale de Ligue Europa. Et pourtant, le méconnu adversaire des Lyonnais, l’AZ Alkmaar, a de quoi leur poser des problèmes dès le match aller, ce jeudi (19 heures). On vous explique pourquoi en quatre points.

>> A lire aussi: Pourquoi l'OL est de nouveau en plein doute

De vraies références sur la scène européenne

OK, l’AZ Alkmaar n’est monté qu’une fois sur le podium du championnat néerlandais depuis son titre surprise en 2009 avec Louis van Gaal (coach de 2005 à 2009). Mais à l’image de son incroyable parcours jusqu’en demi-finale de Coupe UEFA en 2005 (élimination sur le fil contre le Sporting Portugal), ce club cultive une belle tradition sur la scène européenne.

De grosses formations comme Valence (2-1 en 2012, époque Emery), l’Athletic Bilbao (2-1 en 2015) et le Zenit Saint-Pétersbourg (3-2 en décembre) se sont notamment inclinées au AFAS Stadion. Ajoutez à cela deux quarts de finale récents dans cette épreuve (2012 et 2014) et vous aurez compris que cet OL a bien le profil pour allonger la liste des victimes de l’actuel 4e de l’Eredivisie.

Un club inspiré sur la formation et le recrutement

La « formidable académie » lyonnaise chère à Jean-Michel Aulas pourrait presque trembler. L’effectif de l’AZ Alkmaar pointe en effet à moins de 24 ans d’âge moyen. « Son centre de formation est même reconnu comme le meilleur du championnat depuis deux ans, ce qui n’est pas rien face à celui de l’Ajax, indique Kévin Diaz, ancien joueur de D2 néerlandaise et désormais consultant pour Canal +. L’ailier Dabney Dos Santos [20 ans] ou surtout le latéral gauche Ridgeciano Haps [23 ans] sont la preuve de cette réussite. »

Une réussite qui touche aussi le recrutement de ce solide outsider du championnat. « Chaque été, cette équipe perd ses meilleurs joueurs, comme Vincent Janssen (Tottenham) et Markus Henriksen (Hull City) l’an passé, explique Jean-Paul Rison, journaliste sur l’émission sportive hollandaise FC Afkicken. Mais ils ne manquent même pas vraiment au club cette saison tant celui-ci réussit à chaque fois de remarquables transferts. »

Une attaque qui peut faire mal

A l’image de l’Eredivisie, l’AZ Alkmaar est « surtout portée vers l’avant », comme le précise Kévin Diaz. « L’Iranien Alireza Jahanbakhsh [6 buts et 6 passes décisives cette saison en championnat] est le principal danger sur l’aile droite, confie Rodolphe Boué, qui s’occupe du compte Twitter Eredivisie France. Il faut aussi se méfier d’Iliass Bel Hassani, qui entre souvent en cours de match pour dynamiter les défenses, et de Wout Weghorst en pointe, qui est un bon finisseur, surtout de la tête. » Vu comme Julio Tavares, Ivan Santini et Nicolas Benezet ont réussi à faire souffrir l’arrière-garde lyonnaise cette saison en Ligue 1, la prudence ne sera certainement pas de trop jeudi.

Un gardien prêt à intimider Lacazette

Vous ne le savez sans doute pas encore mais vous connaissez forcément un joueur de l’AZ Alkmaar. Et oui, Tim Krul, ce gardien de 28 ans prêté par Newcastle… Toujours pas ? OK, souvenez-vous l’été 2014, à la 121e minute d’un quart de finale de Coupe du monde assez lunaire entre les Pays-Bas et le Costa Rica. Louis van Gaal signe l’un des plus grands coups de génie de sa carrière en changeant de gardien juste avant la série de tirs au but.

Remonté à bloc, Tim Krul s’agite de partout, provoque ses adversaires et repousse deux tentatives pour qualifier sa sélection dans le dernier carré mondial. Rien de bien rassurant quand on sait que l’OL ne remporte jamais une série de tirs au but. Mais que le spécialiste maison Alexandre Lacazette ne s’inquiète pas trop, Tim Krul (8 sélections) n’a en fait repoussé que 2 penalties sur 37 dans sa carrière.