Lyon: Un foyer pour sans-abri bientôt transformé en hôtel de luxe

PATRIMOINE Le projet de rachat présenté par le Foyer Notre-Dame-des-Sans-Abri n'a pas été retenu...

Elisa Frisullo

— 

Le fort Saint-Laurent à la Croix-Rousse à Lyon.
Le fort Saint-Laurent à la Croix-Rousse à Lyon. — Google Street view

Depuis l’hiver 2015, le Fort-Saint-Laurent, superbe bâtisse en pierre du XVIe siècle situé à la Croix-Rousse, à Lyon, accueille des sans-abri. Mais d’ici quelques mois, ce centre d’hébergement géré par le Foyer Notre-Dame-des-Sans-Abri devra fermer ses portes pour laisser la place à… un hôtel de luxe.

Un choix vivement regretté par les élus du 1er arrondissement

Un nouvel usage qui a été décidé par le ministère de la Défense, propriétaire des lieux, et la préfecture, à l’issue d’un appel d’offres lancé pour trouver un nouvel acquéreur à ce site. Sur les rangs pour racheter ce bâtiment d’exception, l’association lyonnaise, gestionnaire du centre d’hébergement, n’a pas été retenue.

Dans un communiqué publié ce mardi, les élus du 1er arrondissement ont vivement regretté le choix de l’Etat. « Cela contredit les engagements formulés par la ministre du Logement et de l’habitat durable Emmanuelle Cosse lors de sa visite du fort, en mars 2016 », déplorent-ils. « Le nouvel usage de ce lieu, d’une hospitalité inconditionnelle à une hospitalité mercantile, contribue à altérer le cadre de vie de notre arrondissement, déjà marqué par un phénomène exponentiel de gentrification, une politique immobilière municipale imprévoyante et une forte tension sur les prix de l’immobilier, aux dépens du vivre ensemble », ajoutent-ils.

>> A lire aussi : Lyon: La ministre du Logement annonce la pérennisation de places d'hébergement d'urgence

Des solutions promises pour tous les sans-abri relogés

Contactée par 20 Minutes, la préfecture a confirmé que ce site, ancien bastion de la muraille Saint-Sébastien, serait cédé à un groupe hôtelier. « Sur les huit offres retenues, le ministère de la Défense a choisi la plus offrante », indiquent les services de l’Etat. Le Foyer avait peu de chances de l’emporter, son offre de rachat étant, selon la préfecture, inférieure d’un million à celle proposée par le futur acquéreur.

Concernant le devenir des 90 personnes accueillies dans le fort, l’Etat se veut rassurant. « Une réunion est prévue jeudi avec le Foyer pour parler de l’avenir. Nous allons aider cette association à trouver un lieu à acheter ou à construire. Ces personnes hébergées auront des solutions de relogement », assure la préfecture.