ASSE-Lyon: Plus que la défaite, ce derby n'aurait-il pas «flingué l’image de l'OL»?

FOOTBALL Avec deux expulsions et des polémiques à la pelle, l'OL n'a vraiment pas digéré son troisième revers consécutif à Saint-Etienne...

Jérémy Laugier

— 

De longues échauffourées ont eu lieu en fin de rencontre dimanche, surtout après le gros tacle de Tolisso sur Lemoine.
De longues échauffourées ont eu lieu en fin de rencontre dimanche, surtout après le gros tacle de Tolisso sur Lemoine. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Absent dans les duels, sans allant offensif et extrêmement nerveux en fin de rencontre, l’OL est passé à côté de son derby (0-2) dimanche. Mais finalement, le club lyonnais a peut-être encore plus manqué son après-match. La faute notamment à Bruno Genesio et Jean-Michel Aulas, qui s’en sont davantage pris au milieu stéphanois Fabien Lemoine (« un maître en matière d’excitation ») et aux journalistes qu’à leurs joueurs. « Dans la vie, il faut savoir accepter la défaite et ne pas chercher des excuses de partout », explique l’ancien attaquant lyonnais Sidney Govou.

>> A lire aussi: Lyon pète les plombs mais rejette la faute sur Lemoine, «un maître en matière d’excitation»

Celui-ci est notamment revenu pour 20 Minutes sur les cartons rouges de Rachid Ghezzal et de Corentin Tolisso. « Le haut niveau impose d’être maître de ses nerfs, confie l’actuel consultant pour Canal +. J’ai connu de nombreux provocateurs sur les terrains, et même Rémy Vercoutre qui faisait dégoupiller les latéraux adversaires depuis le banc de touche. Un joueur [ici Fabien Lemoine, entré à la 87e minute] ne peut pas faire sortir une équipe entière de son match. Au pire, tu peux péter un plomb mais ne pas le reconnaître ensuite est plus que ridicule. »

« Tout s’écroule pour ces jeunes lorsqu’ils sont face à un grain de sable »

Seul le capitaine Maxime Gonalons a assumé ce non-match devant la presse en expliquant qu’il était « inconcevable de jouer un derby de cette manière ». « Ce que tout le monde retiendra de cette rencontre, c’est que les Lyonnais ont été de mauvais perdants, estime l’ancien latéral de l’OL Jean-Marc Chanelet. A notre époque [de 2000 à 2003], les joueurs étaient sans doute plus matures. Là, on a l’impression que tout s’écroule pour ces jeunes lorsqu’ils sont face à un grain de sable. »

Au point d’avoir poursuivi leur frustration en dégradant le vestiaire de Geoffroy-Guichard. « Même si je ne cautionne pas, j’ai régulièrement pu voir ça durant ma carrière », reconnaît Sidney Govou. Les commentaires en direct sur OLTV de l’ancien joueur Jérémy Berthod au sujet du tacle plein de frustration de Tolisso sur Lemoine, puis le tweet à la fois virulent et injuste de Jean-Michel Aulas à l’encontre de Nicolas Puydebois (ex-gardien de l’OL et désormais consultant pour le site Olympique et lyonnais) n’ont vraiment pas arrangé le bilan lyonnais dimanche soir.

>> A lire aussi: Tout va bien à Lyon, Jean-Michel Aulas torpille davantage la presse que ses joueurs

« On a mis beaucoup de temps à construire une image de beau club »

« L’image de Lyon va en pâtir un peu, d’autant que le derby était le gros événement médiatique du week-end en Ligue 1, indique Jean-Marc Chanelet. Mais bon, on avait déjà cette sensation que l’OL était un peu le club mal aimé en France. »

Sidney Govou est bien plus remonté contre le comportement lyonnais dimanche : « A la base, l’OL n’était pas forcément un club aimé en raison de son président très médiatique et de sa ville bourgeoise. On a mis beaucoup de temps à construire une image de beau club et un match comme celui-là la flingue d’un coup ».