Grippe mortelle dans une maison de retraite: L'enquête pointe un trop faible taux de vaccination

SANTE 72 résidents sur 102 avaient contracté la grippe, dont 13 qui sont décédés...

20 Minutes avec AFP

— 

Treize résidents de la maison de retraite Korian Berthelot à Lyon, sont décédées de la grippe entre le 23 décembre 2016 et le 7 janvier
Treize résidents de la maison de retraite Korian Berthelot à Lyon, sont décédées de la grippe entre le 23 décembre 2016 et le 7 janvier — P. Desmazes / AFP

Les résultats de l’enquête sont désormais connus. Un mois et demi après l’épisode de grippe qui avait foudroyé 13 personnes dans une même maison de retraite à Lyon, en l’espace de deux semaines, L’inspection générale des affaires sociales (Igas) a livré ses conclusions. Elle pointe clairement « l’insuffisance patente du taux de vaccination ».

>> A lire aussi : Ce que l'on sait après les 13 décès dus à la grippe dans une maison de retraite

En résumé, les résidents de l’Ehpad Korian Berthelot n’auraient pas été assez nombreux à recevoir le vaccin. Rappelons que 72 pensionnaires sur 102 avaient attrapé la grippe pendant cette période.

40 % des résidents vaccinés

« Pour les résidents, le taux de vaccination ne dépasse pas 40,2 % » au sein de l’Ehpad selon les derniers chiffres fournis par la direction régionale du groupe « contre en moyenne 82 % dans les Ehpad de la région en 2015-2016 », rapporte l’Igas dans son rapport publié lundi.

>> A lire aussi : Grippe: Après la mort de 13 résidents, l'épidémie semble toucher à sa fin dans l'Ehpad lyonnais

Les raisons pointées dans le rapport : « Un défaut de stratégie et de pilotage interne de la campagne de vaccination ». En résumé, les mêmes consignes n’étaient pas forcément appliquées à tous les étages, la campagne a tardé à se mettre en place et le personnel n’aurait pas assez insisté « pour convaincre les résidents et leurs proches de l’intérêt de la vaccination ».

Des recommandations

Dans ses conclusions, l’institution relève toutefois que 65 % des personnes vaccinées en temps utile ont été touchées par la grippe. D’ailleurs, six des 13 personnes décédées étaient vaccinées.

Par ailleurs, note l’Igas, « l’établissement prenait des précautions pour limiter les risques de contamination » (lavage des mains, sensibilisation du personnel aux mesures d’hygiène) et elles ont été renforcées dès le début de l’épidémie.

« Seuls l’assouplissement des mesures autour du jour de Noël et le défaut de vaccination des professionnels (38 %) et des résidents peuvent être incriminés pour expliquer la difficile maîtrise de cette épidémie », avance le rapport.

L’Igas recommande à l’établissement de se doter d’une « procédure et de suivi épidémiologique précis » (avec âge, statut vaccinal…) et de faire de la campagne de vaccination un « élément prioritaire de la mission du médecin coordonnateur ».