ASSE-OL: L'esprit du derby est-il en danger avec la limitation du nombre de supporters?

FOOTBALL Seulement 771 Lyonnais seront dans le parcage visiteur, dimanche (21 heures) à Saint-Etienne. Une triste habitude depuis la saison 2013-2014... 

Jérémy Laugier

— 

Lors du dernier derby dans le Chaudron, en janvier 2016, les supporters stéphanois avaient regretté l'absence d'un parcage lyonnais.
Lors du dernier derby dans le Chaudron, en janvier 2016, les supporters stéphanois avaient regretté l'absence d'un parcage lyonnais. — JEFF PACHOUD / AFP

L’OL n’avait pas pu emmener autant de supporters dans le Chaudron depuis plus de quatre ans. Mais ce parcage lyonnais, que le préfet de la Loire a limité à 771 spectateurs pour ce derby dimanche (21 heures), reste bien tristounet aux yeux des fans de l’OL… mais aussi de l’ASSE.

« OK, il y a toujours des mecs des deux camps qui vont chercher la castagne. Mais la plupart des supporters se contentent de chanter et de se chambrer. Et on aime vraiment bien voir leurs réactions durant le match », sourit Jean-Pierre Beduer (67 ans), un fidèle des Verts ayant vécu des dizaines de derbys.

« Les parcages de 6.000 Lyonnais dans les années 90, c’est un rêve inaccessible »

En raison de la limitation ou de l’interdiction totale de Lyonnais (2013 et 2016) à Geoffroy-Guichard, Hugo (22 ans) n’a encore jamais pu assister à ce rendez-vous légendaire dans le Forez. « Voir les parcages de 6.000 Lyonnais dans le kop sud comme dans les années 90, c’est un rêve inaccessible, admet ce membre du virage nord. Mais 3.000 Stéphanois à Décines ou 2.100 Lyonnais à Sainté, c’est clairement possible. Les autorités savent le faire mais elles montrent juste chaque jour qu’elles ont la flemme. »

« Nous serons 3.300 en Ligue Europa à Manchester, donc pourquoi ne peut-on pas avoir plus de 771 places dans un derby en France ? », appuie Jean-Pierre Beduer. A l’aller, les Stéphanois ont préféré refuser le même quota de places proposé par la LFP.

>> A lire aussi: «Nous ne serons pas vos déchets», les supporters stéphanois annoncent leur boycott du derby

Depuis mars 2014, le derby se déroule sans supporter stéphanois, que ce soit à Gerland ici ou au Parc OL.
Depuis mars 2014, le derby se déroule sans supporter stéphanois, que ce soit à Gerland ici ou au Parc OL. - PHILIPPE MERLE / AFP

« Même si on les déteste, ils nous ont manqué au match aller »

« Dans les années 2000, on ne se posait même pas la question : c’était naturel d’aller à chaque fois à Sainté, regrette Bruno, qui va vivre dimanche son premier derby dans le Chaudron depuis 2012. Même si on les déteste, ils nous ont manqué au match aller. Si l’ambiance n’a pas été exceptionnelle ce soir-là, c’est sans doute lié à leur absence. » Pour un premier derby au Parc OL, on pouvait effectivement s’attendre à une plus grande ferveur au vu des 57.050 spectateurs présents à Décines.

>> A lire aussi: «Une ambiance de spectacle», des joueurs stéphanois trollent le Parc OL

« Il n’y a pas de bon match sans supporters adverses, confirme Thierry Greco, du virage sud lyonnais. Un succès sans Stéphanois laisse un goût d’inachevé. Limiter le nombre, et pire encore interdire, c’est galvauder le plus beau match au monde. » Un emballement régional sans pareil en France, qui ne peut décidément pas se limiter à l’ambiance toujours survoltée entourant le dernier entraînement de chaque club. « On a besoin de pouvoir s’invectiver et de prendre la haine en voyant les supporters adverses heureux, résume Hugo. C’est ce qui fait la tension et la grandeur de ce derby. »

>> A lire aussi: «Sans supporters de l'ASSE à Gerland, il manque quelque chose», estime-t-on à l'OL