Présidentielle 2017: Le rôle prépondérant de Gérard Collomb dans l'ascension de Macron

POLITIQUE Le maire de Lyon oeuvre depuis des mois pour que son protégé gagne la Présidentielle...

Caroline Girardon

— 

Gérard Collomb, le maire de Lyon et Emmanuel Macron, durant un meeting public à Paris le 12 juillet 2016. ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
Gérard Collomb, le maire de Lyon et Emmanuel Macron, durant un meeting public à Paris le 12 juillet 2016. ROMUALD MEIGNEUX/SIPA — SIPA

Il se définit lui-même comme le « roi du tractage ». Samedi dernier, Gérard Collomb, le maire de Lyon n’a pas hésité à retrousser ses manches pour aller place Bellecour, convaincre les électeurs de se rendre au meeting d’Emmanuel Macron, prévu ce samedi 4 février au palais des sports de Gerland.

Jusque-là, l’élu socialiste n’a jamais ménagé ses efforts pour booster la candidature de son protégé, multipliant les interventions sur les plateaux de télévision. Et cela, bien avant que l’ancien locataire de Bercy ne se lance officiellement dans la course à la présidentielle. «Gérard Collomb est un précurseur. Il a été le premier à s’expliquer publiquement sur la candidature d’ Emmanuel Macron. C’est lui qui a ouvert la brèche », confie un collaborateur de l’ancien ministre de l’économie.
 

>> A lire aussi : Emmanuel Macron «entre en campagne», selon le maire de Lyon

« C’est est aussi un animateur car il a créé le pôle des réformateurs qui s’opposait à celui des frondeurs. Ce pôle s’est scindé en deux :  Valls d’un côté et Macron de l’autre. La voix du maire de Lyon a toujours porté », poursuit-il.

« Il est allé chercher les signatures avec les dents »

Enfin, l’élu s’est personnellement occupé d’aller chercher les 500 signatures nécessaires à son protégé. « Il a passé des heures au téléphone. Il est allé les chercher avec les dents. Il a échangé avec les maires des petites communes pour les convaincre et a mobilisé ses amis parlementaires », précise un collaborateur du maire.

>> A lire aussi : Les étapes qui ont conduit Collomb à tourner le dos à Hollande

« Il n’y a pas de relation filiale entre eux mais une grande confiance », observe Bruno Bonnell, référent En Marche dans le Rhône. Et d’ajouter : « Gérard Collomb ne coache pas car Emmanuel Macron n’est coaché par personne. Il écrit lui-même ses discours et peut même les changer quelques secondes seulement avant de prendre la parole. Mais il lui a offert ses conseils et son expérience, il le nourrit de ses idées ».

Un « sage » à se côtés

Perçu comme un trublion lorsqu’il était au gouvernement, Emmanuel Macron cultive le même goût de l’indépendance que son mentor, qui a régulièrement pris ses distances avec les instances nationales du PS, au point de boycotter le premier tour de la primaire.

« Collomb, c’est un sage à ses côtés. Et sa voix est entendue car il a le regard du terrain. Il ne sort pas que des grandes théories, il est dans le fer, il tape sur la table », ajoute un proche d’Emmanuel Macron. « Je crois qu’il a eu un malaise dans sa vie politique. Il n’a jamais aimé le sectarisme, ni les majorités partisanes, il gouverne avec tout le monde comme l’ont fait ses prédécesseurs à Lyon et Macron aime cette idée ».