Lyon: Ils ont 24 heures pour mettre leurs idées en bulles

NEUVIÈME ART Depuis mardi après-midi, une quarantaine d’étudiants et bédéistes planchent à Emile Cohl…

Baptiste Noble-Werner
— 
Lyon, le 24 janvier 2017. Une quarantaine d'étudiants et bédéistes participent aux 24 heures de la BD depuis l'école d'art Emile Cohl où ils ont passé la nuit.
Lyon, le 24 janvier 2017. Une quarantaine d'étudiants et bédéistes participent aux 24 heures de la BD depuis l'école d'art Emile Cohl où ils ont passé la nuit. — B. Noble-Werner / 20 Minutes

Il n’y a pas qu’à Angoulême, lieu de pèlerinage de tout fan du « 9e art », que se déroulent les 24 heures de la BD. L’école lyonnaise d’art Emile Cohl (3e) participe aussi à l’événement en accueillant une quarantaine d’élèves de cet établissement et de Bellecour et des auteurs, réunis dans une même salle.

« C’est une opportunité pour les élèves de l’école de rencontrer des professionnels », glisse une organisatrice. Depuis mardi (à 15 heures), ils planchent, dans un climat studieux mais décontracté, sur la réalisation d'une bande dessinée comprenant une couverture, 22 planches et une quatrième de couverture.

>> A lire aussi : Par Toutatis ! Angoulême prend des airs de village gaulois avant le festival de la BD

De la convivialité avant tout

Le thème est libre. Mais comme lors de chaque édition, une contrainte est imposée. Cette année, les dessinateurs doivent mettre en scène un héros ou une héroïne « farceur ». « Je cherche d’abord quelle technique de dessin je vais utiliser, le scénario on verra après», confie Grégoire Berquin, occupé à griffonner sur son carnet de croquis. « Je pense partir sur des gros gags parfois un peu lourds. Je laisse décanter mes idées durant les premières heures avant de me mettre au travail » complète-t-il. 

>> A lire aussi : Lyon: Le record de la plus grande BD du monde en passe d'être récupéré

Ce dessinateur participe pour la cinquième fois à l’événement et ne s’en lasse pas. Selon lui, c’est l’occasion de « faire quelque chose de différent. C’est un jeu, une rencontre sympa où on passe la nuit à travailler avec des confrères. » Son voisin de table ajoute : « Certains font les 24h de la BD seul depuis chez eux. Personnellement je préfère venir ici, c’est plus convivial. »

Les BD à découvrir en ligne

Les auteurs rient entre eux ça et là, quand d’autres paraissent imperturbables face à leurs ébauches de dessins. L’ambiance y est bon enfant. Les dessinateurs ne sont pas animés par un esprit de compétition puisque les 24h de la BD sont un rendez-vous et non pas un concours. Toutes les bandes dessinées seront mises en ligne sur le site www.24hdelabandedessinee.com.