OL-ASSE: Qui a dit «On m’a offert un maillot des Verts, je m’en sers de paillasson»?

FOOTBALL La punchline parfaite pour lancer le prochain derby, qui aura lieu le 5 févier à Saint-Etienne...

Jérémy Laugier

— 

Le gardien lyonnais Anthony Lopes s'impose ici devant l'attaquant stéphanois Alexander Söderlund, lors du dernier derby, le 2 octobre à Décines.
Le gardien lyonnais Anthony Lopes s'impose ici devant l'attaquant stéphanois Alexander Söderlund, lors du dernier derby, le 2 octobre à Décines. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Les supporters lyonnais et stéphanois commencent déjà à trépigner avant le prochain derby, qui aura lieu le 5 février à Geoffroy-Guichard. Pour évoquer cette intense rivalité régionale, le magazine L’Equipe enquête a suivi Raymond Domenech à Gerland et dans le Chaudron. Un sujet très vintage, diffusé lundi soir sur L’Equipe TV, et marqué par les punchlines de l’ancien sélectionneur des Bleus.

S’assumant « anti-stéphanois depuis les juniors », Raymond Domenech a joué et a entraîné à Lyon, où il est né il y a tout juste 65 ans. « J’étais un vrai acteur du maintien de cette rivalité, avec les petites phrases et les provocations », reconnaît-il dans le sujet, où on le voit notamment se balader à Gerland aux côtés de Bernard Lacombe et de Fleury Di Nallo.

« Si j’avais de l’argent pour acheter un club, j’achèterais Saint-Etienne »

« On m’a offert un maillot des Verts avec mon nom dans le dos, lâche en se marrant le consultant de L’Equipe. Ils me l’ont offert. Je m’en sers de paillasson. » Conseiller du président Aulas, Bernard Lacombe en a dans la foulée profité pour ressortir sa phrase la plus culte balancée avant un derby : « Le maillot vert, à l’endroit ou à l’envers, me donne de l’urticaire ».

Un peu plus tard dans ce reportage, Raymond Domenech s’est néanmoins fendu d’un drôle de compliment à l’attention de l’ASSE : « Si j’avais de l’argent pour acheter un club en France, j’achèterais Saint-Etienne, qui a tout pour faire partie des grands clubs européens ». Et ce avant de balancer une autre anecdote : « En 2006, le président de la République voulait qu’on défile sur les Champs Elysées [après la finale de Coupe du monde perdue aux tirs au but contre l’Italie]. Mais j’ai dit que je n’étais pas Stéphanois… »

>> A lire aussi: Pourquoi la défaite des Verts en finale de Coupe d'Europe 1976 est-elle toujours aussi culte?