Lyon: Depuis la disparition de Maxime, les hommages se multiplient sur les réseaux

PHOTOGRAPHIE Le jeune homme, passionné de hauteur et de photographie, a perdu la vie jeudi...

Baptiste Noble-Werner

— 

Maxime aimait grimper sur les toits de Lyon pour ramener des photos insolites
Maxime aimait grimper sur les toits de Lyon pour ramener des photos insolites — Maxime S.

« Je veux découvrir Lyon autrement », voilà ce que Maxime avait confié à 20 Minutes il y a quelques jours lorsque nous l’avions rencontré afin d’évoquer sa passion pour l’Urbex, l’exploration urbaine et la photographie.

Le jeune homme de 18 ans connaissait sur le bout des doigts la capitale des Gaules, de ses souterrains à ses sommets. Jeudi dernier, il a tragiquement perdu la vie, probablement en chutant accidentellement, selon la police, du pont de la Mulatière. Depuis, les hommages se sont multipliés sur les réseaux sociaux où il postait régulièrement ses clichés, saluant « un talent incroyable ».

Dans ses explorations sur les toits de Lyon, Maxime était souvent accompagné de Timothé. Même âge, même goût pour la découverte et l’altitude. « Dès que l’on est quelque part, on cherche l’accès à un toit. C’est la hauteur qui nous attire », expliquait Timothé, Maxime à ses côtés.

Dans leurs pérégrinations lyonnaises, les deux amis étaient montés à mains nues sur le toit de l’Hôtel-Dieu, actuellement en rénovation. Un de leurs meilleurs souvenirs. Aujourd’hui, Timothé veut garder en mémoire tous les moments passés avec son camarade d’exploration : « On faisait un vrai travail d’équipe ».

« Le principal est d’avoir la photo que j’avais en tête »

Le lieu sur lequel Maxime a préféré grimper ? La tour métallique de Fourvière. Une tour qu’il avait escaladée en solitaire. « C’est un endroit que tout le monde connaît et la vue est incroyable. C’était aussi une satisfaction de me dire que j’étais au sommet du plus haut point de vue de Lyon », expliquait le jeune homme, les yeux remplis de fierté. Il en avait tiré un cliché à couper le souffle.

Son goût dévorant pour la photo lui faisait prendre des risques, il ne le cachait pas. Conscient d'enfreindre également les règles de sécurité. « C’est ma grande passion. Le principal est d’avoir la photo que j’avais en tête », justifait-il à 20 Minutes. Si bien que la hauteur ne lui faisait pas peur. « J’ai la tête en l’air depuis toujours. J’aime admirer un point de vue que peu de gens connaissent ».

« Un véritable œil d’artiste »

Aujourd’hui, son complice Timothé ne tarit pas d’éloges à son sujet. « C’était un photographe hors pair. Il avait un véritable talent et un œil d’artiste. Il prenait des risques sans être insouciant », conclut-il.