OL: Avouez-le, vous avez hâte de revoir Nabil Fekir à Caen, où il avait «mis la misère à lui tout seul»

FOOTBALL L’attaquant lyonnais va retrouver le stade Michel-d'Ornano ce dimanche (17 heures), où il a peut-être signé son meilleur match, en août 2015, juste avant sa blessure au genou...

Jérémy Laugier

— 

Nabil Fekir avait notamment réalisé un drôle de numéro de dribbles face au Caennais Chaker Alhadhur sur son deuxième but
Nabil Fekir avait notamment réalisé un drôle de numéro de dribbles face au Caennais Chaker Alhadhur sur son deuxième but — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Son talent n’a évidemment pas été découvert le 29 août 2015, au stade Michel-d’Ornano. Mais en retrouvant le Stade Malherbe de Caen ce dimanche (17 heures), Nabil Fekir pensera sûrement à sa précédente performance sur cette pelouse. En seulement trois tentatives, l’attaquant lyonnais avait signé un retentissant triplé. « Même si ça ne m’a pas spécialement surpris, il était vraiment au-dessus ce jour-là, se souvient son ancien coéquipier Arnold Mvuemba, resté sur le banc lors du succès (0-4) à Caen. Quand il est à ce niveau-là, il est très dur de l’arrêter. »

>> A lire aussi: Nabil Fekir régale comme jamais face à Montpellier, 2017 sera donc une année exquise

« On savait qu’il risquait de très vite partir de l’OL »

Tour à tour mystifiés sur les deux premiers buts, les défenseurs normands Damien Da Silva et surtout Chaker Alhadhur en savent quelque chose. Un véritable récital alors symbolique d’une ascension quasi irrésistible pour le meilleur espoir de Ligue 1 en 2014-2015. « On savait tous que s’il maintenait son niveau, il risquait de très vite partir de l’OL », confie Arnold Mvuemba. Ses rêves de Barça auraient peut-être pu être exaucés l’été dernier, tout comme pour Samuel Umtiti.

Cet étincelant hat-trick n’avait pas laissé Didier Deschamps indifférent. Six jours plus tard, Nabil Fekir était ainsi titularisé pour la première fois de sa carrière avec les Bleus, au Portugal (0-1). Preuve de la confiance qu’il lui accordait alors, le sélectionneur avait modifié son 4-3-3 classique pour l’installer dans un 4-4-2 aux côtés de Karim Benzema. Pendant seulement 13 minutes, jusqu’à la rupture du ligament croisé du genou du Lyonnais.

>> A lire aussi: Se remet-on vraiment d'une blessure aux croisés comme celle de Nabil Fekir?

« La Ligue 1 a besoin de joueurs comme lui »

Si le Stade Malherbe de Caen refuse cette semaine que ses joueurs reviennent sur le seul hat-trick en carrière de Nabil Fekir, l’attaquant international avait suscité l’admiration d’Alaeddine Yahia en décembre 2015. « Il a tout, c’est simple, c’est un phénomène, indiquait alors l’expérimenté défenseur caennais à France Football. A lui tout seul, il nous a mis la misère. La Ligue 1 a besoin de joueurs comme lui. »

Qu’Alaeddine Yahia soit rassuré, Nabil Fekir a comme par hasard réalisé son meilleur match depuis une éternité la semaine passée contre Montpellier (5-0), avec un but et trois passes décisives. Caen peut trembler à nouveau.