En vrai, l’arrivée en «superstar» d’Alex Morgan à Lyon fait-elle plaisir aux adversaires de l’OL?

FOOTBALL FEMININ L’attaquante américaine est arrivée à l’aéroport Saint-Exupéry jeudi soir et fait déjà beaucoup parler en D1...

Jérémy Laugier
— 
Alex Morgan devrait effectuer ses débuts sous le maillot lyonnais le 14 janvier à Guingamp.
Alex Morgan devrait effectuer ses débuts sous le maillot lyonnais le 14 janvier à Guingamp. — Brad Smith/ISI/Shutters/SIPA

« C’est David Beckham au féminin. » Jean-Michel Aulas a trouvé la formule pour qualifier la colossale dimension médiatique et marketing d’Alex Morgan, qui représente plus de 10 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux. A peine arrivée jeudi soir à Lyon pour un contrat de 6 mois, l’internationale américaine de 27 ans fait déjà beaucoup parler d’elle chez les futures adversaires de l’OL en D1.



« C’est une star que beaucoup de gens connaissent sans même suivre de près le football féminin, indique Théa Greboval, latérale de Juvisy. C’est super intéressant pour nous de pouvoir l’affronter. » L’ancienne attaquante lyonnaise Sandrine Brétigny, désormais à l’OM, reconnaît que « M. Aulas a frappé un grand coup ». Selon elle, « sa venue en France va ramener beaucoup plus de monde à tous les matchs de l’OL, d’autant qu’elle a en plus la chance d’être belle ».





« Le plus grand nom qu’on ait connu en France »

Les Guingampaises devraient être les premières à affronter l’ancienne attaquante d’Orlando, le 14 janvier. « On parle d’elle dans le vestiaire car on sait que c’est une superstar aux Etats-Unis, confie la capitaine bretonne Salma Amani. Ça fera une joueuse supplémentaire à devoir surveiller dans cette équipe. ». La milieu de terrain de l’EAG n’est cependant pas certaine qu’Alex Morgan « s’adapte aussi vite au championnat qu’une Lotta Schelin (25 buts lors de sa première saison à Lyon) ».

Même si la D1 a déjà accueilli Hope Solo (OL), Fatmire Alushi (PSG) ou Dzenifer Marozsan (OL), « ça reste le plus grand nom qu’on ait connu en France », estime Viviane Boudaud. « C’est certain que nous serons intimidées en réalisant qu’elle est vraiment face à nous, poursuit la latérale de Soyaux. Mais une fois que le match aura débuté, on n’y pensera plus. » « On ne va pas lui courir après pour récupérer son maillot, sourit d’ailleurs Salma Amani. Ce n’est pas non plus Messi ou Ronaldo ! »