OL: Au bout du banc à Lyon, Clément Grenier assure être «prêt à aller voir ailleurs»

FOOTBALL Le milieu de terrain lyonnais espère être transféré durant ce mercato hivernal…

Jérémy Laugier

— 

Clément Grenier, ici à l'échauffement avant le match de Ligue des champions face à Séville, n'a jamais été titulaire lors de la première partie de saison avec l'OL.
Clément Grenier, ici à l'échauffement avant le match de Ligue des champions face à Séville, n'a jamais été titulaire lors de la première partie de saison avec l'OL. — JEFF PACHOUD / AFP

« Cette première partie de saison n’a pas été sympathique pour moi. » C’est ainsi que Clément Grenier a qualifié, mercredi sur RMC, ses 52 minutes de temps de jeu depuis cet été, en 6 apparitions dont aucune titularisation. S’il assure « se battre pour retrouver un peu de temps de jeu à Lyon », le milieu de terrain international (5 sélections) sait que ses perspectives sont plus bouchées que jamais dans son club formateur.

« J’ai faim de ballon et je suis prêt à aller voir ailleurs, à m’inscrire dans un projet », a-t-il expliqué dans l’émission Team Duga. Il n’a pas rencontré récemment Jean-Michel Aulas mais Bruno Genesio lui a annoncé avant la trêve qu’il ne s’opposerait pas à un transfert cet hiver.

>> A lire aussi: Finalement, ce serait quoi un mercato hivernal réussi pour l'OL?

« Je suis évidemment capable de baisser mon salaire »

L’un des freins à un départ semble être son salaire astronomique (320.000 euros mensuels) pour un joueur n’ayant été titulaire que 14 fois en Ligue 1 depuis l’été 2014. « Ça n’a jamais été un problème, a confié mercredi Clément Grenier. Je gagne très bien ma vie et je suis évidemment capable de baisser mon salaire. Ce qui m’importe le plus, ce n’est pas l’argent, c’est de jouer au football et de prendre du plaisir. »

Contrairement à ce qu’expliquait Jean-Michel Aulas, Clément Grenier a indiqué « ne pas avoir refusé de propositions » présentées par l’OL. Il s’est montré flou sur ses points de chute éventuels, évoquant juste « quelques sollicitations de clubs français, allemands, italiens et deux Anglais ». Lyon serait ravi d’enfin se libérer de son troisième plus gros salaire, sous contrat jusqu’en 2018.