Drôme : Pour éviter les heures supplémentaires, le jeune facteur jetait le courrier

JUSTICE Il a été condamné à de la prison ferme mardi à Bourg-lès-Valence...

E.F.

— 

Le facteur intérimaire était en sursis dans le cadre d'une précédente condamnation. Illustration.
Le facteur intérimaire était en sursis dans le cadre d'une précédente condamnation. Illustration. — Philippe Huguen AFP

L’histoire ne dit pas combien de temps a duré son petit manège. Mardi, un jeune homme d’une vingtaine d’années, facteur intérimaire dans la Drôme, a été condamné à trois mois de prison ferme pour s’être débarrassé de centaines de lettres qu’il était censé distribuer.

L’alerte avait été donnée en fin d’année 2015 par des habitants de Bourg-Lès-Valence qui s’étonnaient de ne plus recevoir leur courrier. Après une rapide enquête, les policiers avaient découvert plus de quarante kilos de missives abandonnés sur un terrain vague, bien à l’abri des regards, indique ce mercredi Le Dauphiné Libéré.

Connu de la justice

Le jeune facteur, habitant la Voulte-sur-Rhône (Ardèche), avait alors été confondu par son emploi du temps coïncidant avec les rondes non effectuées et avait été interpellé. Absent lors de son procès mardi, le jeune homme avait reconnu les faits lors de ses auditions et avait expliqué avoir agi de la sorte pour ne pas effectuer d’heures supplémentaires.

Une bien mauvaise idée qui lui a valu la révocation de son sursis prononcé dans le cadre d’une autre affaire et cette condamnation à de la prison ferme.