Azouz Begag jette l’éponge

A Lyon, Frédéric Crouzet

— 

François Bayrou a mis sur orbite jeudi son Mouvement démocrate, "force politique nouvelle, indépendante", en affirmant sa volonté de "résister" aux "pressions" qui expliquent selon lui les ralliements de la plupart des députés centristes à Nicolas Sarkozy.
François Bayrou a mis sur orbite jeudi son Mouvement démocrate, "force politique nouvelle, indépendante", en affirmant sa volonté de "résister" aux "pressions" qui expliquent selon lui les ralliements de la plupart des députés centristes à Nicolas Sarkozy. — Mehdi Fedouach AFP

«L’incontrôlable» Begag jette l’éponge. L’ancien ministre de Dominique de Villepin, Azouz Begag, a annoncé mardi soir qu’il se retirait de la course à l’investiture pour prendre la tête des listes MoDem aux élections municipales à Lyon.

«Je ne brigue plus la candidature du MoDem à Lyon», a t-il déclaré lors du «Grand Journal», sur Canal+. «Je reste membre du Modem, mais à l’écart, pour que ce parti retrouve sa sérennité. Ce n’est pas un retrait de la vie politique», a assuré l’écrivain.

Les adhérents du parti centriste de Lyon devaient voter demain pour départager Azouz Begag et Christophe Geourjon, délégué départemental du MoDem, désormais seul candidat. L’ambiance de cette primaire expérimentale était devenue délétère ces dernières semaines. Azouz Begag était accusé de vouloir rallier le camp de Gérard Collomb, maire PS de la ville. Tandis que son adversaire était vu comme le pion de Michel Mercier, patron de l’UDF du Rhône, et favorable à un rapprochement avec l’UMP de Dominique Perben.

«C’est une déception et une mauvaise chose pour le MoDem car le débat n’aura pas lieu», a réagit mardi soir Christophe Geourjon. La commission électorale du MoDem devrait se prononcer jeudi sur la suite de cette primaire.