Lyon: Une centaine de personnes escroquées avant le match OL-PSG

FAITS DIVERS Les billets qu’ils avaient achetés en passant par les réseaux sociaux, étaient des copies…

C.G.

— 

Plusieurs personnes ont acheté une seule et même place pour le match OL-PSG, sans réaliser qu'elles étaient fausses.
AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES
Plusieurs personnes ont acheté une seule et même place pour le match OL-PSG, sans réaliser qu'elles étaient fausses. AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES — AFP

Ils ont cru faire réaliser une bonne affaire sauf qu’ils se sont vus refuser l’entrée du match OL-PSG dimanche soir. Motif : les billets payés parfois 80 euros, n’étaient pas valides.

Près de 165 spectateurs auraient ainsi été arnaqués sur l’agglomération lyonnaise, selon une estimation avancée par un groupe de victimes.

Un même billet imprimé en plusieurs exemplaires

Tout a commencé au mois d’octobre lorsqu’un homme décide de revendre ses deux places sur internet, sans savoir que les acheteurs qui se sont alors manifestés, étaient en réalité des escrocs. Ces derniers auraient ensuite imprimé les fameux sésames en plusieurs exemplaires, sans changer les noms inscrits dessus, ni les numéros de sièges. Au final, une centaine de billets aurait été éditée pour un même emplacement.

Les acheteurs peu scrupuleux n’ont pas tardé à poster plusieurs messages sur les réseaux sociaux via des profils différents, expliquant qu’ils partaient en vacances et qu’ils ne pouvaient plus se rendre au match, proposant alors de baisser le prix des billets.

Une page Facebook

Un rendez-vous était ensuite fixé avec les internautes ayant mordu à l’hameçon à Vaulx-en-Velin, Saint-Priest ou sur le parking des galeries Lafayette de Bron. Parfois un adolescent se présentait sur place, prétextant être le « neveu » de la jeune femme ayant mis en ligne l’annonce. D’autres fois, les victimes avaient affaire à deux hommes, arrivés au volant d’une DS3 noire.

Depuis dimanche soir, les spectateurs escroqués ont créé une page sur Facebook afin de se réunir et de lancer une procédure collective en justice. La Sûreté du Rhône a précisé lundi qu’elle n’avait reçu aucune plainte pour le moment.