OL-PSG: Edinson Cavani crucifie la (surprenante) révolte lyonnaise et sauve encore Paris

FOOTBALL Avec son doublé, ce dimanche à Lyon (1-2), l'attaquant uruguayen aux 13 buts en Ligue 1 permet au PSG de revenir à un point du leader niçois...

Jérémy Laugier

— 

Edinson Cavani a inscrit un doublé déterminant ce dimanche.
Edinson Cavani a inscrit un doublé déterminant ce dimanche. — JEFF PACHOUD / AFP

Edinson Cavani est décidément crucial pour ce PSG. Son doublé, ce dimanche à Lyon (1-2), permet à Paris (3e) de rester à la hauteur de Monaco, et à un point du leader niçois, au terme d’un sommet tout d’abord décevant, puis assez dingue en deuxième période.

Un OL d’abord hors du coup. Inexistants face au pressing et à la maîtrise technique parisienne, les Lyonnais ont livré une terrible impression d’impuissance en première mi-temps. Ils ont longtemps été sous les 40 % de possession et n’ont surtout frappé qu’une fois au but, via une tentative lointaine improbable et dévissée de Yanga-Mbiwa (38e).

>> A lire aussi: Non mais sérieux les Lyonnais, c'était quoi cette première mi-temps apocalyptique?

L’OL a logiquement été puni par un penalty d’Edinson Cavani (30e), après une grossière faute de Rafael sur Thiago Motta. Avec un Lucas plus efficace (24e, 36e), le PSG aurait même pu plier l’affaire dès la pause.

Une révolte renversante. Les entrées en jeu à la mi-temps de Fekir et Valbuena, à la place de deux profils bien plus défensifs (Ferri et Rybus) ont tout changé. Enfin ambitieux, les hommes de Bruno Genesio ont sauté à la gorge du club parisien, en cumulant 9 tirs en 20 minutes.

Mathieu Valbuena s’est même offert son premier but en Ligue 1 depuis octobre 2015 (1-1, 48e), ce qui pourrait changer beaucoup de choses pour lui à Lyon. Lacazette (50e, 54e) et Ghezzal (63e) ont failli concrétiser encore davantage la métamorphose lyonnaise.

>> A lire aussi. Le grand regret de Bruno Genesio? Avoir été «trop fair-play» sur le deuxième but parisien

Ben Arfa décevant dans le 4-2-3-1 d’Emery. On pensait que seul Javier Pastore pourrait inciter Unai Emery à installer son 4-2-3-1 sévillan à Paris. Mais dimanche, l’entraîneur du PSG a surpris en titularisant Hatem Ben Arfa dans l’axe, en soutien d’Edinson Cavani. Grande curiosité de la soirée puisqu’il s’agissait d’une première pour lui depuis le 9 septembre face à Saint-Etienne (1-1), l’ancien Niçois n’a pas assez pesé sur le jeu.

S’il a été à l’origine d’une action manquée par Lucas (36e), il a aussi gaspillé une contre-attaque avec son partenaire brésilien (62e). Son remplacement dans la foulée par Thomas Meunier (64e) a longtemps été un mystère. Jusqu’à son centre décisif sur un contre supersonique, conclu par l’inévitable Edinson Cavani, déjà auteur sur le coup de son 13e but de la saison en Ligue 1 (1-2, 82e).

>> A lire aussi: Hatem Ben Arfa ne vous a pas convaincu? Voici pourquoi on croit plus que jamais en lui