Ligue Europa: Du jeu, puis de la résistance et un grand Ruffier... L'ASSE se qualifie pour les 16es

FOOTBALL Les Stéphanois ont souffert en deuxième mi-temps, ce jeudi, mais leur laborieux nul (0-0) face à Mayence leur ouvre la porte des 16es de finale de Ligue Europa...

À Saint-Etienne, Jérémy Laugier

— 

Le jeune ailier Arnaud Nordin a apporté toute sa vivacité à son entrée en jeu.
Le jeune ailier Arnaud Nordin a apporté toute sa vivacité à son entrée en jeu. — JEFF PACHOUD / AFP

Déjà lâchés en Ligue 1 (9es à 11 points du podium), les Stéphanois se sont offert une parenthèse heureuse, jeudi sur la scène européenne. En obtenant le nul (0-0) face à Mayence, les voici certains de prendre part aux 16es de finale de la compétition, pour la deuxième saison consécutive, en raison de leur but marqué en Allemagne en septembre (1-1). Voici comment l’ASSE a construit sa (laborieuse) qualification.

Enfin 20 minutes emballantes. Malmenés la plupart du temps dimanche par Nice (0-1), les Verts ont cette fois pris le match par le bon bout. Le passage au 4-2-3-1 avec Henri Saivet en soutien de Nolan Roux a semblé un choix payant au vu des intentions bien meilleures dans le jeu. Dans le sillage d’un Oussama Tannane parfois virevoltant, l’ASSE a pris à la gorge l’actuel 8e de Bundesliga. Seul regret de taille de ces 20 premières minutes convaincantes (58 % de possession sur cette période) : une seule opportunité tranchante, avec Roux devancé par Balogun après un bel échange entre Saivet et Monnet-Paquet (6e).


Ruffier toujours aussi impérial. Prolongé trois jours plus tôt jusqu’en 2021, Stéphane Ruffier dégage une implacable force tranquille. Spectaculaire sur un coup franc de Malli (44e), il a ensuite montré toute sa vivacité sur une remise involontaire de Selnaes, proche d’un but contre son camp (51e), puis sur des tentatives d’Oztulani (53e) et Cordoba (73e). Plus que jamais, Saint-Etienne lui doit une fière chandelle.

Un deuxième acte tout en souffrance. Si Ruffier a dû autant s’employer, c’est surtout car son équipe a semblé incapable d’obtenir mieux que ce 0-0 qui l’arrangeait tant après le repos. L’entrée en jeu d' Arnaud Nordin (59e) a apporté un peu de vie sur le front de l’attaque mais les Allemands (3es) ont tout tenté pour renverser le sort du groupe C. Seul Tannane, avec un improbable raid conclu sur le montant de Lössl (82e) a failli délivrer les siens. Mais cette ASSE sait souffrir. Elle l’a encore prouvé avec réussite ce jeudi.