Explosion Lafayette: Les sociétés responsables condamnées à verser 4,3 millions d'euros aux victimes

JUSTICE Le tribunal administratif de Lyon a rendu public ce lundi son jugement daté du 8 novembre...

Elisa Frisullo

— 

Le  28 février 2008, lors de l'explosion du cours Lafayette à Lyon.
Le 28 février 2008, lors de l'explosion du cours Lafayette à Lyon. — P. Fayolle / Sipa

Il leur aura fallu huit ans pour voir leurs nombreux préjudices matériels indemnisés. Dans un jugement du 8 novembre, rendu public ce lundi, le tribunal administratif de Lyon a condamné les sociétés ERDF, Roche et Veolia Eau à verser 4.3 millions d’euros aux victimes et aux assurances de victimes de l’explosion du cours Lafayette survenue le 28 février 2008.

Reconnues pénalement responsables, en 2015, de ce drame qui avait coûté la vie à un sapeur-pompier et fait des dizaines de blessés, ces entreprises étaient assignées devant la juridiction administrative par certaines victimes directes et plusieurs sociétés d’assurance ayant pris en charge la réparation des dommages matériels subis par leurs assurés dans l’explosion.

>> A lire aussi : Trois entreprises condamnées en appel dans l'explosion du cours Lafayette

De nombreux dégâts matériels

A l’époque, de nombreux logements avaient été détruits ou sérieusement dégradés cours Lafayette, autour du bâtiment 119, lieu du drame, qui avait dû être en grande partie reconstruit. Cet axe très fréquenté avait dû être partiellement fermé pendant plusieurs mois, ce qui avait entraîné la désertification du quartier et de ses magasins.

« La réparation a porté exclusivement sur des préjudices matériels résultant des frais de remise en état des immeubles, des dégâts mobiliers, des pertes d’exploitation des commerces, des pertes de loyers pour les propriétaires non occupants et des frais d’expertise », précise le tribunal administratif ce lundi.

>> A lire aussi : Les sinistrés du cours Lafayette mis à l'épreuve

Le partage des indemnités entre les différentes entreprises a été fixé par la justice à partir de leurs responsabilités respectives dans l’explosion. GRDF et Veolia Eau ont ainsi été condamnés à assurer chacune 40 % du montant total des indemnisations. La société Roche, en charge des travaux le jour du drame, a été condamnée à prendre en charge 20 % des conséquences de l’explosion.