Lyon: Des tablettes testées au collège pour faire naître de nouvelles pratiques pédagogiques

EDUCATION Le collège Grignard fait partie des établissements de la métropole retenus pour expérimenter cet outil…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 15 novembre 2016. Au collège Victor Grignard, 350 élèves sont équipés de tablettes tactiles individuelles depuis l'an passé.
Lyon, le 15 novembre 2016. Au collège Victor Grignard, 350 élèves sont équipés de tablettes tactiles individuelles depuis l'an passé. — E. Frisullo / 20 Minutes

Casque vissé sur les oreilles, les élèves travaillent seuls ou en binôme, concentrés sur l’écran posé devant eux. Dans ce cours d’anglais du collège Victor Grignard, dans le 8e arrondissement de Lyon, des tablettes tactiles ont remplacé les traditionnels cahiers, dans le cadre d’une expérimentation menée depuis l’an passé.

Cet établissement, classé en zone d’éducation prioritaire, fait partie des trois collèges, avec Philippe-Rameau à Champagne et Aimé-Césaire à Vaulx-en-Velin, à avoir été dotés de ce nouvel outil par la métropole de Lyon dans le cadre de son plan numérique éducatif. Sur ce mandat, la collectivité a prévu d’investir 19 millions d’euros dans le déploiement du numérique pour favoriser l’émergence de nouvelles pratiques pédagogiques dans l’enseignement fourni aux collégiens.

Lyon, le 15 novembre 2016. Au collège Victor Grignard, 350 élèves sont équipés de tablettes tactiles individuelles depuis l'an passé.
Lyon, le 15 novembre 2016. Au collège Victor Grignard, 350 élèves sont équipés de tablettes tactiles individuelles depuis l'an passé. - E. Frisullo / 20 Minutes

Un enseignement personnalisé

A Victor Grignard, 350 élèves de 5e et 4e ont été équipés d’une tablette individuelle utilisable en classe et à la maison. « L’idée est d’aider les collégiens à acquérir de l’autonomie dans leur travail en mettant à leur disposition des ressources et des outils qu’ils peuvent retrouver chez eux. La tablette permet de personnaliser l’enseignement et le travail individuel des élèves », explique Patrick Teysseyre, principal adjoint du collège.

L’outil est pour l’heure utilisé en cours de technologie, en anglais ou en maths en complément des manuels ou des matériels plus traditionnels. « C’est une autre manière de travailler, c’est plus amusant, plus ludique. Cela change de ce que l’on a l’habitude de faire en classe », confie Aïssa, une élève de 4e qui utilise aussi sa tablette à la maison pour réviser.

Le numérique déployé dans tous les collèges

Au terme des trois ans d’expérimentation, suivis de près par les services académiques, la métropole décidera, en fonction du bilan effectué, de déployer ou non les tablettes dans d’autres collèges. « Ces outils sont coûteux. Nous devons voir de quelle manière les établissements réagissent et l’investissent, explique Damien Berthilier, conseiller de la métropole délégué aux collèges. Le numérique est dans le quotidien des élèves, ils doivent le maîtriser. Nous ne pensons pas que c’est magique, mais que si c’est imbriqué avec un programme pédagogique, cela peut leur permettre de rentrer dans les savoirs de manière différente ».

Au-dela de cette expérimentation réservée à une poignée seulement des collégiens, tous les établissements ont été équipés de vidéoprojecteurs interactifs. Une nouvelle version des Espace numérique de travail (laclasse.com) a aussi été mise à disposition des enseignants et familles des collèges. Cette interface, adaptable dans chaque établissement, offre un accès au cahier de texte de l’élève, aux informations de vie scolaire, à des manuels numériques…

Parmi les autres expérimentations en cours, quatre tables tactiles, baptisées Educatouch, ont ou vont être mises en place dans les centres de documentation de certains collèges pour permettre aux élèves d’apprendre et réviser en s’amusant.