Lyon: Mobilisés pour des enfants SDF, ils se font remonter les bretelles par les autorités

SOCIAL Les parents et enseignants de Gilbert Dru ont obtenu mardi la mise à l’abri d’une dizaine d’écoliers sans toit…

Elisa Frisullo

— 

La mobilisation à Gilbert Dru en faveur des écoliers SDF dure depuis plusieurs semaines.
La mobilisation à Gilbert Dru en faveur des écoliers SDF dure depuis plusieurs semaines. — Collectif G. Dru

Hasard du calendrier ou non, la bataille du collectif Gilbert Dru a fini par payer. Mardi, ces enseignants, parents d’élèves et voisins de l’école du 7e arrondissement de Lyon ont obtenu la mise à l’abri de 18 élèves SDF après des mois de mobilisation. Cette décision préfectorale est intervenue à l’occasion du début du dispositif hivernal lancé mardi par les services de l’Etat mais également au lendemain de l’occupation du gymnase de l’école, décidée par le collectif faute de solutions d’hébergement pour six familles de l’établissement.

Depuis septembre, la situation des élèves sans toit accueillis dans cette école de la Guillotière a incité les membres du collectif, très actif depuis deux ans pour éviter que les écoliers ne dorment dans la rue, à se mobiliser. Un élan de solidarité et de citoyenneté qui s’est propagé au quartier, où chacun s’est investi pour aider.

>> A lire aussi : A Lyon, des artistes sur scène en soutien aux enfants scolarisés et sans toit

Les familles logées chez les parents, les profs

« Les familles ont été logées chez des parents d’élèves, des enseignants, le collectif a financé des nuits d’hôtels. Mais vendredi dernier, en voyant les écoliers arriver dans un état lamentable, trempés, à l’école, nous nous sommes dit que cela ne pouvait plus durer », explique une mère de famille mobilisée. L’occupation décidée lundi n’a pas été du goût de la mairie de Lyon, propriétaire des bâtiments, qui a fait intervenir la police municipale.

Ce soir-là, six familles dont onze enfants ont finalement passé la nuit dans le gymnase de l’établissement, avant d’apprendre mardi leur mise à l’abri par les services de l’Etat. « Ces 53 personnes, soit douze familles concernées par cette situation à Gilbert Dru, sont hébergées à l’hôtel dans le cadre du plan hivernal, le temps que leur dossier soit étudié. Leurs situations administratives sont très variées », indique la préfecture du Rhône.

Les enseignants mobilisés sanctionnés ?

Une bonne nouvelle pour les parents et enseignants mobilisés, teintée toutefois d’incompréhension au lendemain de la réunion qui s’est tenue à la mairie de Lyon. « La victoire a un goût amer. L’essentiel, bien sûr, est que ces familles soient à l’abri, mais nous n’avons pas trop compris ni apprécié la manière dont nous avons été traités par la municipalité », ajoute un membre du collectif. « Une solidarité citoyenne est née autour de ces écoliers et on nous a tenu des propos infantilisants. On nous reproche d’avoir occupé le gymnase, nous nous sommes fait traiter comme des gamins capricieux, alors que nous voulions juste mettre des petits à l’abri », s’agace Mariella Parisi, l’une des mamans du collectif.

« Ces familles étaient suivies depuis la rentrée par les services de la ville en lien avec la préfecture. Mais en termes de sécurité et dans le cadre de l’Etat d’urgence, nous ne pouvons pas accepter l’occupation d’une école ni les coups de pression », a précisé ce mercredi la ville de Lyon.

Les enseignants de l’école qui se sont montrés solidaires ont même entendu parler d’enquête administrative les concernant. « Il n’y a pas d’enquête administrative à proprement parler. Mais l’inspecteur de circonscription a été chargé de faire un examen approfondi de la situation de cette école, de ce qu’il s’y passe afin que nous ayons une vision d’ensemble », précise à 20 minutes une porte-parole de la Direction des services départementaux de l’Education nationale.