Pédophilie: 600 personnes rendent hommage aux victimes près de Lyon

PEDOPHILIE Une messe a été célébrée à Sainte-Foy-lès-Lyon, où officiait le père Bernard Preynat, soupçonné d'avoir abusé quelque 70 jeunes scouts de 1972 à 1991...

20 Minutes avec AFP

— 

Le père Eric de Nattes célèbre une messe en hommage aux victimes d'abus sexuels, à Sainte-Foy-lès-Lyon, le 7 novembre 2016.
Le père Eric de Nattes célèbre une messe en hommage aux victimes d'abus sexuels, à Sainte-Foy-lès-Lyon, le 7 novembre 2016. — JEFF PACHOUD / AFP

« Je viens pour vous demander pardon en mon nom, en votre nom à tous paroissiens, au nom de mon Eglise qui n’a pas écouté et qui a encore tant de mal à écouter », a déclaré le père Eric de Nattes lors de la messe. Quelque 600 personnes se sont recueillies lundi soir près de Lyon dans la paroisse où a officié le père Bernard Preynat, soupçonné d’avoir abusé quelque 70 jeunes scouts de 1972 à 1991, afin de rendre hommage aux victimes d’abus sexuels.

>> A lire aussi : Le pourvoi en cassation du père Preynat rejeté

Les fidèles de l’église Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon, une banlieue élégante de l’ouest lyonnais, répondaient ainsi à l’appel de la Conférence des évêques de France (CEF) du 14 octobre, pour une « journée de prière et de pénitence » dont le principe avait été annoncé un mois avant par le Pape François.

>> A lire aussi : Le diocèse de Lyon envisage de faire appel à un ancien curé pédophile pour faire de la prévention

Un « prédateur », un « être ignoble »

Plutôt âgés, les paroissiens ont silencieusement pris place dans cette petite église sobre et sans charme, construite au début des années 60. Célébrée par le père de Nattes, la messe a duré près d’une heure trente. S’adressant aux membres de l’association « La parole Libérée », composée d’anciens scouts de Saint-Luc victimes de Bernard Preynat et qui a permis de mettre au jour ses abus début 2016, l’actuel prêtre de la paroisse a surpris l’assistance par son homélie, évoquant l’Eglise « qui a couvert d’un silence coupable ces crimes et qui a tant de mal à sortir de ce silence qui a laissé les victimes à leur solitude ».

>> A lire aussi : En six mois, 90 victimes de prêtres pédophiles se sont manifestées

A plusieurs reprises, il s’est aussi excusé de ne pas avoir formellement invité les membres de « La Parole Libérée » à assister à la messe. « Je n’ai pas pu le faire pour une espèce de blocage intérieur qui était de dire : "comment inviter des personnes qui ont vécu dans ces lieux ce qu’ils ont vécu" », expliquera t-il plus tard devant la presse.

Deux lettres de parents d’anciennes victimes de Bernard Preynat -dépeint dans ces dernières comme un « prédateur », un « être ignoble (…) qui prêchait le bien et qui faisait le mal »- mais aussi celle d’une femme qui a subi un viol dans les années 70 par un prêtre ont été également lues à l’assistance.