Il était une fois en Amérique avec Wax Tailor

MUSIQUE Pour son cinquième album « By any beats necessary », Wax Tailor s’est lancé dans un road trip aux Etats-Unis. Il sera ce samedi (20 heures) au Radiant-Bellevue (Caluire) pour le présenter…

Jérémy Laugier

— 

Jean-Christophe Le Saoût, alias Wax Tailor, vient de publier son cinquième album le 14 octobre.
Jean-Christophe Le Saoût, alias Wax Tailor, vient de publier son cinquième album le 14 octobre. — Géraldine Petrovic

Wax Tailor a la particularité d’avoir commencé la conception de son cinquième opus By any beats necessary la semaine du drame de Charlie Hebdo, avant d’y mettre un point final au moment du dernier attentat de Nice. « Ça ne se ressent absolument pas sur l’album, explique l’artiste normand de 41 ans. Mais j’ai eu besoin d’une échappatoire. »

Celle-ci va l’envoyer de l’autre côté de l’Atlantique. Quoi de plus logique pour Wax Tailor, que les musiques américaines ont « nourri » depuis si longtemps. Le premier titre composé, I Had a woman, vient de son envie de « revisiter Robert Johnson ». Le reste est un savoureux « patchwork » entre les principaux courants musicaux US (blues, rock, soul, funk et hip-hop), à travers plusieurs époques.

Tricky en étonnant auto-stoppeur

Son road-trip aux Etats-Unis s’accompagne de nombreux auto-stoppeurs. En premier lieu Tricky, figure emblématique… de Bristol (Angleterre). « J’ai pensé qu’il serait marrant de ne collaborer qu’avec des Américains sur cet album, avoue Wax Tailor. Mais en fait, Ennio Morricone était italien et il a toujours été associé au western US. »

Ancien génie de Massive Attack, Tricky apporte sa « noirceur » sur le titre Bleed away. Deux ans après une tournée symphonique, Wax Tailor remonte sur scène pour des dates avec « une énergie plus rock ». Pour la première fois de sa vie, il s’accompagne même d’un batteur en live.

25 ou 30 €. À 20 heures ce samedi au Radiant Bellevue, 1 rue Jean Moulin (Caluire).