La région Rhône-Alpes remet ses «petites lignes» sur de bons rails

TRAINS Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé jeudi que 264 millions d’euros seront déboursés pour sauver une vingtaine de petites lignes de train, menacées de fermeture…

Caroline Girardon

— 

illustration de TER en Rhône-Alpes. XAVIER VILA/SIPA
illustration de TER en Rhône-Alpes. XAVIER VILA/SIPA — SIPA

Depuis son élection à la tête de la région Auvergne-Rhône-Alpes, il aime endosser le costume de Zorro. Une fois de plus, Laurent Wauquiez s’est présenté en sauveur, annonçant jeudi que 264 millions d’euros seraient déboursés dans les quatre prochaines années afin de remettre sur les rails les « petites lignes TER », dont la fermeture avait été actée lors de la mandature précédente.

>> A lire aussi : 22 lignes TER menacées de fermeture en Auvergne-Rhône-Alpes

« La situation était apocalyptique. Mille cinquante kilomètres de petites lignes étaient condamnés. Soit 25 % du réseau. L’ancien président de la région nous a laissé une bombe à retardement », lâche l’élu de droite, ne manquant pas une occasion d’égratigner son prédécesseur socialiste.

La SNCF revoit sa copie

La Région a donc mis 111 millions d’euros sur la table (contre 86) « pour faire effet de levier », forçant la SNCF Réseau à recevoir sa copie. Cette dernière a accepté d’investir 38 millions d’euros au lieu de 13, et l’Etat de gonfler son enveloppe à 50 millions d’euros, contre 40. Sans compter l’apport des collectivités locales concernées.

Des efforts qui devraient permettre de sauver 830 kilomètres de voies ferrées. « On a établi un diagnostic pour épargner en priorité les plus lignes les plus fréquentées comme celle reliant Lyon à Bourg-en-Bresse. Mais pas seulement », explique Patrick Mignola, vice-président de la région en charge des transports.

« Il s’agit de revitaliser les territoires les plus éloignés. Supprimer une gare dans certaines communes reviendrait à les laisser mourir à petit feu », justifie l’élu.

« Nous sommes la première région de France à investir autant pour ses petites lignes », conclut fièrement Wauquiez, affirmant que 54 millions d’euros seront déboursés en Occitanie, 39 en Bourgogne-Franche-Comté et 37 en Provence-Alpes-Côte d’Azur.