Juventus-OL: Corentin Tolisso maintient l'OL en vie en Ligue des champions

FOOTBALL En arrachant l'égalisation (1-1) ce mercredi à Turin, les Lyonnais ont évité une élimination qui leur tendait les bras...

Jérémy Laugier
— 
Corentin Tolisso a délivré l'OL suite à un coup franc de Rachid Ghezzal.
Corentin Tolisso a délivré l'OL suite à un coup franc de Rachid Ghezzal. — MARCO BERTORELLO / AFP

De notre envoyé spécial à Turin,

Contrairement à ses trois précédents affrontements face à la Juve, l’OL a longtemps semblé ne pas pouvoir y croire… avant d’enfin accrocher quelque chose, mercredi à Turin (1-1). Plombés par un penalty d’Higuain suite à une poussette bien naïve de l’inexpérimenté Mouctar Diakhaby (13e), les Lyonnais (3es) peuvent encore rêver des 8es de finale de la Ligue des champions grâce à une égalisation presque inattendue de Corentin Tolisso (85e).

>> A lire aussi: Le live du match entre la Juventus Turin et l'OL est à revivre ici

Higuain maintient l’OL en vie. L’OL tenait absolument à franchir un cap cette saison dans la plus prestigieuse épreuve européenne. Il était a priori impossible de faire pire que ce piteux total de 4 points dans un groupe très abordable en 2015-2016. Sans un coup de tête décisif de Corentin Tolisso (1-1, 85e), les Lyonnais auraient déjà été éliminés de la course aux 8es de finale dès la 4e journée.

Si le 22 novembre à Zagreb, leur objectif ne sera pas seulement d’assurer une place en Ligue Europa, c’est aussi en partie en raison de la maladresse de Gonzalo Higuain. Idéalement servi par Mandzukic, l’attaquant argentin a manqué un but du break tout fait (39e). Reste à savoir s’il permettra à l’OL, encore lâché à 6 points de Séville, de signer une improbable « remontada ».

Sur la lancée de Toulouse dans le jeu. Bruno Genesio voulait croire en l’élan accompagnant l’heureux succès (1-2) samedi à Toulouse. Dans le jeu, son 4-4-2 n’avait rien garanti du tout au Stadium. Le renouveler en se « sécurisant » avec le tandem Morel-Rybus sur le côté gauche n’a pas été une totale réussite mercredi, loin de là.

Sans intention de pressing, malmené techniquement par une Juve parfois au niveau attendu de prétendant au titre, l’OL a semblé mal en point en première mi-temps. La fébrilité du jeune duo Diakhaby-Mammana à Turin ne doit pas être le seul point d'interrogation dans cette équipe, si valeureuse a-t-elle été après le repos.

Lacazette, Fekir et Ghezzal loin du compte. Sur le papier, ce trio offensif avait vraiment de la gueule cet été. Mais parfois invisibles, souvent maladroits, Alexandre Lacazette, Nabil Fekir et Rachid Ghezzal n’ont jamais porté l’attaque lyonnaise au Juventus Stadium.

Ce n’est sans doute pas un hasard si le déclic est venu d’un coup de pied arrêté (frappé par Ghezzal). Lacazette a failli sauver son bilan dans les arrêts de jeu mais il n’a pas su cadrer une balle d’exploit (90e+4). Ce point de l'espoir