Juventus-OL: Jean-Michel Aulas est plus intenable que jamais... La preuve en cinq punchlines

FOOTBALL Le président lyonnais a tenu à se présenter devant les médias à la veille d’un choc de Ligue des champions ce mercredi (20 h 45) à Turin. Analyse de ses plus belles sorties…

Jérémy Laugier

— 

Jean-Michel Aulas, mardi lors de sa nouvelle intervention médiatique au Juventus Stadium.
Jean-Michel Aulas, mardi lors de sa nouvelle intervention médiatique au Juventus Stadium. — MARCO BERTORELLO / AFP

De notre envoyé spécial à Turin,

On ne l’imaginait pas à l’œuvre, mardi lors du dernier entraînement de l’OL, à la veille d’un rendez-vous capital deLigue des champions, ce mercredi (20 h 45) au Juventus Stadium. Et quand on ne s’y attend pas trop, Jean-Michel Aulas est souvent redoutable. La preuve en cinq délicieuses punchlines, extraites d’un quasi-monologue de 14 minutes (tout de même).

>> A lire aussi: Finalement, ce Juventus-OL a tout d'un petit derby des Alpes

1. « La Juventus paraît un Himalaya inatteignable… Mais quand on peut rivaliser avec Toulouse, la meilleure équipe à domicile du championnat, surpuissante, on peut peut-être aller taquiner la Juve. »

Rien à dire, du très très grand JMA. Il fallait quand même oser associer avec autant d’enflammade le Téfécé de Dupraz et la Juve d’Allegri dans la même phrase sans sourciller. Si Lyon a su résister à Braithwaite samedi, il n’y a donc pas de raison qu’il souffre face à Higuain, n’est-ce pas ?

>> A lire aussi: Comment Gonzalo Higuain a-t-il déjà pu conquérir les tifosi turinois?

2. « Si vous regardez des matchs de tennis, vous savez que progressivement, le joueur plus faible hausse son niveau contre un joueur au classement plus élevé. On est exactement dans la même situation. »

OK, va pour la comparaison de sports qui tombe du ciel. Ça tombe bien, Jean-Michel Aulas a dans la foulée avoué « espérer que les dieux soient avec [l’Olympique] ». Pour peu que le regretté Patrice Dominguez veille sur le destin européen de l’OL…

3. « Du talent, on en a à revendre à l’Olympique Lyonnais. Je dirai même qu’on n’en a jamais eu autant. »

Ouch, la séquence d’amnésie du jour devrait sacrément secouer Juninho, Anderson, Tiago, Essien, Benzema et tous ceux qui ont façonné ce Grand Lyon septuple champion de France dans les années 2000.

>> A lire aussi: Qui est au-dessus entre le Lyon des années 2000 et le PSG actuel selon Govou et Coupet?

4. « C’est vraiment une imposture de dire que je suis en guerre seul contre tous. La quasi-totalité des supporters sont derrière leur club. »

Si JMA a su fracasser un twittos ne comptant que 9 abonnés, il est bien placé pour savoir que Twitter représente une certaine tendance, y compris au sein des supporters habitués au Parc OL. Malgré la réussite reconnue de son nouveau stade, le président a rarement été autant critiqué dans le camp lyonnais qu’en ce moment.

>> A lire aussi: «Tu te prends pour qui avec tes 9 abonnés», Jean-Michel Aulas se farcit un supporter lyonnais sur Twitter

5. « Pour savoir quelle est la stratégie du dirigeant numéro 1 en France, qui est un peu moi-même, on interroge les représentants d’Ajaccio et de Clermont. Evidemment, ils n’auront jamais la possibilité de venir jouer la Juventus. »

Et bim, deux nouveaux dirigeants mis au tapis. C’est évident qu’il est difficile de trouver un président dans l’Hexagone avec le vécu et la légitimité de Jean-Michel Aulas. De là à priver de parole tout le football français…