Ligue des champions: Affronter la Juventus Turin en 2014 «a fait grandir les jeunes» de l’OL

FOOTBALL De nombreux Lyonnais formés au club défient la Juve mardi (20h45) en Ligue des champions, deux ans et demi après avoir affiché des promesses face aux Turinois en Ligue Europa…

Jérémy Laugier

— 

À 19 ans, Corentin Tolisso avait découvert le très haut niveau européen face à Carlos Tevez et la Juve.
À 19 ans, Corentin Tolisso avait découvert le très haut niveau européen face à Carlos Tevez et la Juve. — JEFF PACHOUD / AFP

En avril 2014, face à la Juventus Turin des si expérimentés Buffon, Chiellini, Pirlo et Tevez, l’OL présentait sept joueurs de moins de 24 ans, tous formés au club. Si Anthony Lopes, Corentin Tolisso, Jordan Ferri et Nabil Fekir font désormais figure de tauliers lyonnais avant de retrouver le champion d’Italie mardi (20h45) en Ligue des champions, il s’agissait alors de leurs premières grandes soirées européennes.

« Tout le monde était ravi du tirage au sort et avait hâte de se confronter à ces joueurs-là, surtout nos jeunes. Je n’avais pas spécialement ressenti de la timidité de leur part durant ces matchs », se souvient Arnold Mvuemba, titularisé lors des deux rencontres de ce quart de finale de Ligue Europa. Battu à l’aller (0-1) et au retour (1-2), le groupe de Rémi Garde n’a pas semblé si loin de réaliser un exploit.

Arnold Mvuemba a bien été titularisé à l'aller comme au retour, en avril 2014 face à la Juve. Avouez que c'était une grosse cote au vu de ses quatre saisons à l'OL...
Arnold Mvuemba a bien été titularisé à l'aller comme au retour, en avril 2014 face à la Juve. Avouez que c'était une grosse cote au vu de ses quatre saisons à l'OL... - Laurent Cipriani/AP/SIPA

Corentin Tolisso et Nabil Fekir ont bien changé

« On se savait capables de titiller ce grand d’Europe. Je n’irai pas jusqu’à dire que nous avons rivalisé avec la Juve. Mais même si certains pensent que les Italiens ont pu gérer leurs matchs, nous avons surpris du monde en jouant notre va-tout », estime l’actuel milieu lorientais. Parti cet été à la fin de son contrat de quatre ans à Lyon, Arnold Mvuemba pense que « ces deux matchs ont fait grandir tous les jeunes ». Un apprentissage accéléré qui a clairement porté ses fruits pour les générations nées entre 1990 et 1994 côté OL, même si Alexandre Lacazette et Samuel Umtiti avaient déjà un vécu européen et que Clinton Njie a rejoint Tottenham durant l’été 2015.

Corentin Tolisso s'était déjà frotté au Turinois Claudio Marchisio en 2014. Son évolution est depuis symbolisée par son passage du numéro 55 au numéro 8.
Corentin Tolisso s'était déjà frotté au Turinois Claudio Marchisio en 2014. Son évolution est depuis symbolisée par son passage du numéro 55 au numéro 8. - Massimo Pinca/AP/SIPA

Qui aurait pensé qu’en deux ans et demi, Corentin Tolisso passerait du statut de latéral de 19 ans (avec l’improbable numéro 55) à celui de milieu de terrain décisif, vice-capitaine lyonnais et aux portes des Bleus ? Ou que Nabil Fekir, rentré discrètement cinq minutes à la fin du match aller, serait déjà international tricolore ? « C’est sûr qu’aujourd’hui, ce n’est pas la même Juve et pas le même Lyon. Mais je sens l’OL encore capable de poser des problèmes à cette équipe », assure Arnold Mvuemba.

>> A lire aussi: Pourquoi Corentin Tolisso est notre MVP du début de saison en France