Lyon-I reste dans sa bulle

Carole Bianchi - ©2007 20 minutes

— 

A Lyon-I, la mobilisation contre la loi Pécresse a du mal à prendre et pour cause... Hier, à la sortie d'une assemblée générale qui a mobilisé près de deux cents étudiants, beaucoup avançaient que leur université ne serait « pas menacée ». Elle serait même « privilégiée » pour devenir une « vitrine » de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU).

Il y a quelques semaines, le gouvernement a en effet décidé que l'université scientifique Claude-Bernard serait la première sur Lyon à être auditée dès 2008 pour être accompagnée dans son processus d'autonomie. Dès juillet, le président de Lyon-I, Lionel Collet, annonçait la création d'une fondation d'entreprises pour lever des fonds. Les principaux objectifs étant de faciliter l'insertion professionnelle des étudiants et de développer de nouveaux projets de recherche. « Nous avons soutenu depuis le début le projet de fondation, explique Julien Garcia, président de Gaelis, la fédération des associations étudiantes de Lyon-I. On ne va pas le lâcher sous prétexte d'un mouvement national. Du moment que les entreprises n'interfèrent pas dans les crédits de formation ou dans le contenu des cours, cela ne peut être que positif. » Mais certains, comme Simon Gouz, thésard à Lyon-I et adhérent CGT, veulent voir plus loin. « Il y aura les pôles d'excellence comme Lyon-I et les facs de seconde zone avec cette loi. Il faut donc être solidaire et se mobiliser pour éviter cela. »

Sur www.20minutes.fr

Blog : le blocage des facs est-il légal ?