Et si Hyphen Hyphen savait «dompter la scène» comme aucun autre groupe en France?

MUSIQUE Le jeune groupe électro-pop Hyphen Hyphen sera en concert à l’Epicerie moderne, près de Lyon, ce jeudi (20h30). La chanteuse Santa explique à « 20 Minutes » pourquoi les Niçois connaissent un tel succès tout au long de leur tournée…

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Le groupe Hyphen Hyphen a remporté cette année la Victoire de la musique de la révélation live.
Le groupe Hyphen Hyphen a remporté cette année la Victoire de la musique de la révélation live. — Fanny Schilchter

Ceux qui n’ont jamais vu Santa sauter partout sur scène seraient inspirés de découvrir ce phénomène électro-pop ce jeudi (20h30) à l’Épicerie moderne de Feyzin (Rhône). La chanteuse d’ Hyphen Hyphen se confie à 20 Minutes au sujet des épatantes prestations live des jeunes Niçois.

Comment avez-vous accueilli ce trophée de révélation scène aux dernières Victoires de la musique ?

Comme l’accomplissement de plus de cinq ans de tournées. Nous avons eu la chance d'avoir un tourneur dès notre fin de lycée et nous avons pu enchaîner 200 dates de 2011 à 2013. Beaucoup de groupes se ramassent en live après avoir privilégié le studio. Nous savons depuis longtemps comment dompter la scène.

Quelle est la différence entre votre première tournée et vos concerts du moment ?

Avant, nous étions assez punks et un peu en apnée sur scène. Nous avons depuis réfléchi davantage à notre musique avec l’album Times (2015). On essaie de garder ce lâcher prise et d’être le plus sincère et fédérateur possible avec le public. Physiquement, cette tournée est presque au-dessus de ce qu'on est capable de faire. Il faut cultiver cette énergie tous les jours, c’est une lutte !

S'il n'y avait qu'un moment live à retenir en 2016 ?

Les Vieilles Charrues ! C’était une émotion extraordinaire (le 16 juillet, soit deux jours après l’attentat de Nice). Le timing était glauque et nous avons complètement improvisé (un « Qui ne saute pas n’est pas niçois » repris par 20.000 personnes). Il y avait une envie commune de retrouver l’espoir.

Quels artistes admirez-vous depuis longtemps pour leurs concerts?

Nous sommes fascinés par toute la machinerie américaine, de Michael Jackson à Beyonce. Et plus globalement tous les groupes de stade comme David Bowie et Pink Floyd. Comme on aime bien les grands écarts, je vais aussi citer Talking Heads. Plus qu'un rêve, jouer dans des stades est pour nous une ambition.

23 ou 25 €. Ce jeudi à 20h30 avec Teeers en première partie à l'Epicerie moderne, place René Lescot (Feyzin). Réservations ici.