Top 14: Le LOU a-t-il déjà réussi son pari de l'été en recrutant Frédéric Michalak?

RUGBY Figure majeure du sport français, Frédéric Michalak est en train de relever, à bientôt 34 ans, son défi de rebondir à Lyon après une aventure mitigée à Toulon. Au LOU, son impact est déjà conséquent…

Jérémy Laugier

— 

Frédéric Michalak, ici face à Brive le 20 août dernier, est très en réussite au pied cette saison.
Frédéric Michalak, ici face à Brive le 20 août dernier, est très en réussite au pied cette saison. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Le LOU (12e) a beau n’avoir récolté que 2 succès en 7 journées de Top 14, il ne regrette certainement pas d’avoir signé Frédéric Michalak cet été. Avant la réception de Pau dimanche (12h30), 20 Minutes se penche sur le rôle de l’international tricolore aux 77 sélections.

>> A lire aussi: Le LOU sur le point d'enrôler Frédéric Michalak

Un bilan sportif très correct. « C’est de très loin le premier critère qui nous intéresse concernant Frédéric Michalak », lance le président du LOU Yann Roubert. Celui-ci tient à souligner « son expérience, ses points au pied, et son très bon match contre Toulouse ». Face à son club de cœur, le 17 septembre, sa vista dans le jeu et son adresse (7/7 au pied) ont permis à Lyon de signer son plus gros coup cette saison (25-20).

Si, à bientôt 34 ans, il n’a débuté que trois matchs en Top 14, il est le meilleur buteur du club avec un remarquable 16/18 au pied. Jusque-là demi d’ouverture, le joueur devrait faire parler sa polyvalence en évoluant à la mêlée dimanche face à Pau.

Un rôle majeur auprès des jeunes. Arrivé « sur la pointe des pieds » à Lyon, Frédéric Michalak a rapidement fait l’unanimité dans le groupe lyonnais. « Ce qui me fait halluciner, c’est de voir le temps qu’il passe avec tous les jeunes du club comme Baptiste Couilloud [demi de mêlée de 19 ans]. Quand je le vois accompagner tous les joueurs, je me dis même que ce serait du gâchis de ne pas le voir coach par la suite », confie l’arrière Romain Loursac.

Relais clé sur le terrain de l’entraîneur Pierre Mignoni, qu’il a auparavant côtoyé au RCT, ce joueur lié au club lyonnais jusqu’en 2017 (avec une deuxième saison en option) prend son rôle très à cœur. « Il se comporte en exemple pour nos jeunes en restant buter après la fin de chaque séance », insiste Yann Roubert.

>> A lire aussi: Frédéric Michalak est «persuadé que le LOU va faire peur à certaines équipes»

Un impact médiatique précieux. Au LOU, Frédéric Michalak est perçu comme « un mec simple et un peu réservé qui ne recherche pas la lumière ». Il n’empêche qu’il permet à un promu destiné à jouer les seconds rôles dans l’élite d’exister médiatiquement. « Après Sébastien Chabal [2012-2014], nous sommes habitués à avoir une tête d’affiche avec nous », sourit Romain Loursac.

Si ce n’est « pas quantifiable », son impact sur l’affluence des matchs du LOU au Matmut Stadium (9.600 spectateurs en moyenne pour l'instant) est évident. Sa présence ne sera pas de trop en janvier, lorsque le club va déménager à Gerland dans une configuration à 18.000 places. Avec un premier rendez-vous de Top 14 contre le Racing le 28 ou 29 janvier. « Un duel Carter-Michalak, ça peut quand même faire venir du monde », se projette Loursac, séduit comme tout Lyon par ce « vrai bon mec ».