Lyon: Pour lutter contre le tram-surfing, les TCL misent sur la prévention

SÉCURITÉ Un adolescent est entre la vie et la mort depuis mardi à Lyon après un accident...

Elisa Frisullo

— 

Deux jeunes surpris dimanche 14 juin derrière la rame d'un tramway.
Deux jeunes surpris dimanche 14 juin derrière la rame d'un tramway. — DR

C’est le premier accident grave de ce type observé sur le réseau TCL. Depuis mardi, un adolescent de 16 ans est entre la vie et la mort à Lyon après avoir fait une mauvaise chute alors qu’il s’adonnait à du tram-surfing à deux pas de la gare de Vénissieux. Au lendemain de ce drame, cette pratique, née au début de la décennie en Russie et fait des adeptes dans plusieurs villes comme Paris (RER surfing) ou Marseille, est prise très au sérieux par Keolis Lyon, gestionnaire du réseau TCL.

« Ce phénomène est apparu il y a déjà quelques années. Cela existe à Lyon mais ce n’est pas si fréquent que cela car nous avons tout fait pour qu’il n’y ait pas de publicité autour de ces pratiques », note Jérôme Berthonneau, directeur de l’exploitation de Keolis, « attristé » par le drame survenu mardi sur la ligne T4.

>> A lire aussi : Lyon: Deux jeunes pris en train de faire du «tram surfing»

Les conducteurs stressés par ces comportements

« Il faut rappeler que cette pratique est illégale et très dangereuse comme le prouve cet accident. Ce qui est compliqué, c’est que le conducteur n’a aucun moyen de savoir qu’un jeune s’est accroché à l’arrière du tram, si des passagers en attente à une station ou un conducteur conduisant une autre rame ne le préviennent pas », ajoute-t-il. Mardi, lors de l’accident, le conducteur ne s’est en effet rendu compte de rien et a continué son trajet.

« Il est très choqué », confie Philippe Demaie, secrétaire général du syndicat Ugict-CGT TCL. « C’est vraiment un phénomène qui stresse les conducteurs de trams, mais également de bus. Car il arrive également que des jeunes, en roller ou en skate, s’accrochent à l’arrière du bus. « Il faut vraiment qu’ils prennent conscience que c’est extrêmement dangereux pour eux », ajoute le syndicaliste.

Quinze mille collégiens et lycéens sensibilisés

Pour éviter de tels comportements sur le réseau, Keolis Lyon avait envisagé en 2015 de procéder à des aménagements sur les rames de tram afin d’empêcher de s’y accrocher. « Mais techniquement, nous n’avons pas encore trouvé de solution », ajoute Jérôme Berthonneau, qui mise beaucoup sur la prévention effectuée auprès du jeune public pour limiter ces comportements inconscients.

Chaque année, 15.000 collégiens et lycéens de la métropole sont sensibilisés au sein de leurs établissements scolaires aux incivilités et aux attitudes à risque sur le réseau TCL. Ces séances sont assurées par des agents de la direction Sécurité de Keolis, spécialement formés. Et quand la prévention n’a pas suffi, les perturbateurs, repérés sur le réseau, sont sanctionnés par les agents TCL en lien avec les forces de l’ordre.

Dans les prochaines semaines, une nouvelle campagne d’informations devrait être lancée par Keolis à destination de tous les usagers TCL pour rappeler à chacun les règles de sécurité de base à respecter. Il sera question de tram surfing, mais également de tous les comportements exposant le public à des accidents, comme de ne pas rouler à vélo sur les voies du tram ou de ne pas monter dans le métro au moment où les portes se referment sous peine de rester bloqué.

>> A lire aussi : Marseille: Le «métro surfing» fait de plus en plus d'adeptes