Lyon-ASSE: «Une ambiance de spectacle», des joueurs stéphanois trollent le Parc OL

FOOTBALL Si l'enceinte de Décines a battu son record de spectateurs (57.050 spectateurs) pour le derby dimanche, son ambiance n'a pas impressionné l'ASSE, qui y disputait son premier match...

Jérémy Laugier

— 

Les supporters lyonnais, ici lors du 113e derby de l'histoire, dimanche au Parc OL.
Les supporters lyonnais, ici lors du 113e derby de l'histoire, dimanche au Parc OL. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Depuis deux ans, les ambiances les plus dingues vécues par l’OL à domicile ont probablement été les deux derniers derbys de Gerland (2-2 en avril 2015, 3-0 en novembre 2015), ainsi que les deux victoires majeures au Parc OL contre le PSG (2-1) et Monaco (6-1). Il semblait écrit que le premier derby à Décines dimanche allait à coup sûr prendre place dans cette liste de rendez-vous inoubliables.

Pourtant, malgré un début de match emballant et une grosse occasion de Nabil Fekir (3e), on ne retrouvait pas vraiment la folie ayant accompagné les deux buts en huit minutes contre l’ASM cinq mois plus tôt. Ni véritablement celle de la ferveur affichée par les supporters lors du dernier entraînement, samedi, avant d’affronter l’ASSE.

>> A lire aussi: Longtemps malmené, Lyon arrache le derby et retrouve le Top 5 de Ligue 1

Bryan Dabo : « Je trouve que ça a été un derby soft »

Si pour Bruno Genesio, le nouveau record d’affluence du Parc OL en Ligue 1 (57.050 spectateurs) a apporté « un plus qui a donné des forces supplémentaires à l’équipe », les joueurs stéphanois n’ont pas hésité à livrer un ressenti bien moins enflammé. « C’est un beau stade, il ne faut pas mentir, a convenu le milieu de terrain des Verts Vincent Pajot. Mais Geoffroy-Guichard, ça impressionne plus. On n’a pas forcément senti une atmosphère de derby. »

Un constat partagé par son coéquipier Bryan Dabo. « A l’image des Lyonnais sur le terrain, je trouve que ça a été un derby soft. L’ambiance dans le stade était bien, mais c’était plus celle d’un spectacle que d’un derby déchaîné. Au retour, ce sera autre chose », assure l’ancien Montpelliérain. Le troisième gardien de l’ASSE Anthony Maisonnial (19 ans) a encore été plus critique sur les réseaux sociaux dimanche soir, parlant de « 30 (supporters) à chanter » et de « 3 chants ». Un troll collectif en bonne et due forme du « formidable outil » cher à JMA.