OL-ASSE: C'est quand même un drôle de joueur (et de bon mec) ce Sergi Darder

FOOTBALL Le milieu relayeur lyonnais a encore ébloui le Parc OL dimanche lors du derby (2-0), avec à la clé son premier but de la saison, grâce à une improbable tête plongeante…

Jérémy Laugier

— 

Sergi Darder a fêté son but dimanche en se jetant dans les bras de Nabil Fekir, sous le regard médusé de Stéphane Ruffier.
Sergi Darder a fêté son but dimanche en se jetant dans les bras de Nabil Fekir, sous le regard médusé de Stéphane Ruffier. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

A Lyon, il est presque aussi difficile désormais de trouver un supporter prêt à tailler Sergi Darder qu’un anti-Fekir ou Lacazette. Arrivé sur la pointe des pieds à Lyon au bout du mercato 2015 et en galère lors de la plupart de ses 8 titularisations en L1 sous l’ère Fournier, l’Espagnol rayonne à présent dans le cœur du jeu lyonnais. Mieux, après avoir ébloui le Parc OL d’un délicieux but contre le PSG grâce à un coup du sombrero sur Thiago Silva (2-1 en février), l’ancien joueur de Malaga a marqué dans une occasion encore plus spéciale dimanche, lors du derby (2-0).

Là aussi, Sergi Darder a bluffé Décines puisqu’il s’est arraché pour placer une tête plongeante dans un angle fermé, là où Pajot et Malcuit ont tenté d’intervenir avec le pied. « Je ne m’attendais pas à ce que Nabil [Fekir] centre ainsi du pied droit », sourit l’habile relayeur, à qui Bruno Genesio demande « d’être davantage dans la surface ». S’il s’agit seulement de sa troisième réalisation en Ligue 1 depuis son arrivée à Lyon, on serait prêts à parier qu’il va vite atteindre son objectif « de 4-5 buts par saison ».

>> A lire aussi: Longtemps malmené, Lyon arrache le derby et retrouve le Top 5 de Ligue 1

« Je suis nul de la tête », se marre Sergi Darder

Ses progrès en français étant aussi éclatants que ceux démontrés dans la distribution du jeu, Sergi Darder a fait preuve d’une belle sincérité devant la presse dimanche. « Le but contre Paris était plus important à titre personnel. Il a tout changé parce qu’avant, je n’étais pas très bien, pour ne pas dire nul. Je n’avais pas confiance en moi. Aujourd’hui, la situation est différente mais je sais que marquer dans un derby, c’est vraiment spécial », résume le joueur de 22 ans.

Dans un univers du football français pas forcément coutumier de l’autodérision, celui-ci lâche même, tout sourire, un franc « Je suis nul de la tête ». Au même titre que le prometteur défenseur argentin Emmanuel Mammana, Sergi Darder apporte à l’OL à la fois de la fraîcheur mais aussi un sincère amour du beau jeu, sans négliger la science qui va avec.

>> A lire aussi: Sergi Darder est toujours «un peu perdu» à l’OL

On n’avait en tête que ses frappes de mule sur Youtube

Dire qu’à son arrivée dans le Rhône, on n’avait en tête (maudit effet Youtube) que quelques frappes de mule de sa part lors de ses années andalouses. Non, les mecs qui sentent autant le foot que lui ne courent pas les pelouses (ou ce qu’il en reste) de notre championnat.

Profitons donc pleinement de ce nouveau taulier de Bruno Genesio (7 titularisations en 8 journées). On aurait presque oublié de vous dire, il est aussi capable de balancer en français, à chaud après le derby : « Un match comme ça, tu le joues comme si c’était le dernier de ta vie, alors si tu le gagnes… » Vous voilà tous conquis, non ?