OL: Pourquoi Mouctar Diakhaby se révèle-t-il à Lyon et non au FC Nantes?

FOOTBALL Mouctar Diakhaby, qui a grandi dans le quartier de Malakoff à Nantes, a rejoint le centre de formation de l’OL à 16 ans, faute d’avoir convaincu le FCN. Le défenseur a vécu son premier match en L1 le 10 septembre…

Jérémy Laugier

— 

Mouctar Diakhaby a failli inscrire son premier but en Ligue 1 dès sa première apparition professionnelle, le 10 septembre face à Bordeaux (1-3). Sa reprise du droit a été déviée par Cédric Carrasso sur la transversale.
Mouctar Diakhaby a failli inscrire son premier but en Ligue 1 dès sa première apparition professionnelle, le 10 septembre face à Bordeaux (1-3). Sa reprise du droit a été déviée par Cédric Carrasso sur la transversale. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Depuis sa première titularisation surprise mais réussie avec l’équipe professionnelle, le 10 septembre contre Bordeaux (1-3), Mouctar Diakhaby n’a plus disputé la moindre minute avec l’OL. Mais il a fait partie du groupe retenu par Bruno Genesio lors de cinq des six dernières rencontres. C’est la preuve que le prometteur défenseur central de 19 ans pourrait bien être amené à jouer un rôle clé dès cette saison. Très attaché à son quartier de Malakoff, à Nantes, Mouctar Diakhaby a d’abord longtemps eu de la suite dans les idéesen rêvant de faire carrière avec les Canaris.

Après un premier passage à l’école de football du FCN, il était revenu à la préformation du club à 14 ans. L’aventure en jaune et vert n’avait alors duré qu’un an (2009-2010) pour cet élève du Pôle espoirs fédéral de Saint-Sébastien. « Mouctar était à cette époque placé en tant qu’attaquant ou milieu droit, ce qui ne correspondait pas du tout à ses qualités », se souvient Yvonnick Sidaner. Celui-ci a accueilli (à nouveau) le jeune joueur au profil défensif à l’USSA Vertou, club lié à Malakoff.

Matthieu Bideau : « Son jeu ronronnait un peu »

« Bon joueur sans vraiment être au-dessus » en U16 fédéraux, Mouctar Diakhaby s’est révélé à 15 ans, en étant surclassé avec les U19 nationaux d’Yvonnick Sidaner. « Sa progression a été fulgurante. Avec son super état d’esprit et son analyse du jeu, il a croqué la saison à 100 % en tant que milieu défensif. C’était une évidence que son destin n’était pas de viser la CFA 2 à Vertou », insiste son ancien entraîneur. Ce dernier s’est alors démené pour lui obtenir en avril 2013 une semaine d’essai à Rennes, à Angers… et au FC Nantes.

« Nous n’avons pas été convaincus à 100 %. Son jeu ronronnait un peu. Mouctar était un peu gentil dans les duels », confie le responsable du recrutement du centre de formation du FCN Matthieu Bideau. Notamment recalé par Nantes et Rennes, Mouctar Diakhaby aurait alors pu s’engager avec Niort. « Il aurait obtenu un contrat garanti là-bas, précise Yvonnick Sidaner. Mais il a eu la force de caractère de vouloir tenter un essai à Lyon, où il n’y avait rien de sûr. Je pensais que ce serait peut-être compliqué pour lui de réussir à l’OL, loin de ses repères. »

>> A lire aussi: «Je me suis fait choper dans les toilettes de la Beaujoire par un agent...», se souvient Matthieu Bideau

Joël Fréchet : « Il peut passer pour un nonchalant au départ »

Après trois saisons entre U19, CFA, Youth League mais aussi équipe de France U19 et U20, Diakhaby est en train de relever le challenge lyonnais, avec un premier contrat pro à la clé en août 2015 (il est désormais lié au club jusqu’en 2019). « Sa trajectoire est linéaire. Il peut passer pour un nonchalant au départ mais il a une grande détermination, une bonne relance et un potentiel physique impressionnant (1,92 m) », indique Joël Fréchet, qui l’a entraîné en U19 à Lyon. Sa priorité a été de le sensibiliser sur « la préparation invisible pour répondre aux exigences du football professionnel » et de « le secouer un peu sur ses débuts de match ».

Finalement, Nantes a-t-il des regrets concernant ce joueur de 19 ans, également décrit par Fréchet comme « humble travailleur, et leader de jeu chez les jeunes » ? « Il y a toujours des regrets quand il s’agit d’un garçon de notre ville. Mais l’erreur pour nous, c’est de ne même pas connaître un joueur réussissant ailleurs. Ce n’est vraiment pas le cas ici », souligne Matthieu Bideau. Nul doute que la suite de l’ascension de Mouctar Diakhaby sera quand même scrutée de près à la Jonelière.