Slogan du FN: «C'est du parasitisme», dit la présidente de l'association Au nom du peuple

INTERVIEW L’association lyonnaise conteste au FN le droit d’utiliser son nom comme slogan…

Elisa Frisullo

— 

Marine Le Pen lors de l'université d'été du FN, le 18 septembre.
Marine Le Pen lors de l'université d'été du FN, le 18 septembre. — SIPA

En découvrant le slogan du FN lundi sur le net, au lendemain de l’université d’été du parti, Corinne Morel est tombée de sa chaise. Et a rapidement compris que sa semaine, déjà chargée, allait prendre une tournure compliquée. Mardi, cette Lyonnaise, présidente de l’association Au nom du Peuple, créée en 2013 pour « défendre l’État de droit et l’égalité des droits » et « lutter contre les dérives judiciaires », a mis en demeure le Front national de cesser d’utiliser son nom comme slogan de campagne, via une lettre ouverte adressée à Marine Le Pen.

Le FN estime avoir respecté les règles et indique avoir déposé son slogan, largement diffusé dimanche sur les tracts, affiches et pupitres du parti, à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). 20 Minutes a interviewé Corinne Morel, présidente de l’association lyonnaise.

>> A lire aussi : L'association «Au nom du Peuple» ne veut pas être assimilée à Marine Le Pen

Comment avez-vous réagi en découvrant que le FN reprenait le nom de votre association pour son slogan de campagne ?

J’ai tout de suite été embarrassée. Je me suis dit que s’ils reprenaient Au nom du peuple comme ligne politique, dans leur discours, ça allait être compliqué de faire quelque chose vis-à-vis d’eux. Mais quand j’ai vu que notre nom était utilisé partout, sur les tracts, les pupitres, sur l’écran derrière Marine Le Pen lors de son discours, j’ai compris que c’était du parasitisme et je me suis dit que nous devions réagir. Cela nous met dans une posture difficile dans nos missions associatives.

Vous estimez que cela vous porte préjudice ?

Oui bien sûr. On a tout de suite eu des appels de gens avec qui nous sommes en contact qui nous ont demandé si nous étions affiliés au Front national. Et sur Internet, quand on tape Au nom du peuple, notre association apparaît en premier, mais c’est déjà mélangé avec les documents sur Marine Le Pen. Ce n’est que le début et cela va semer la confusion bien évidemment. Certaines personnes vont croire qu’elles ont été trompées et que derrière nous il y a le FN. Ce qui bien sûr n’est pas le cas.

Vous pensez être protégée par le fait d’avoir monté l’association il y a trois ans ?

D’après nos informations, le fait que le nom de notre association ait été déposé en préfecture en octobre 2013 suffit à nous protéger contre toute appropriation de notre nom et tout usage parasite. Et le code de la propriété intellectuelle nous protège aussi. L’un des articles stipule qu’on ne peut pas déposer une marque quand il s’agit déjà d’une raison sociale, ce qui est notre cas. Au Nom du peuple est la raison sociale de notre association.

Vous comptez aller en justice contre le FN ?

On s’en serait bien dispensé. Je pensais que la mise en demeure suffirait et que le FN s’apercevrait que leur slogan peut poser un problème et qu’ils reconsidéreraient leur position. Le parti a déposé un autre slogan qui est « Marine le peuple ». Ils ont donc la possibilité de changer. Pour nous, c’est beaucoup plus compliqué et puis il n’y a pas de raison que nous changions, nous avons ce nom depuis trois ans. Nous avons donné 48 heures au FN pour retirer le slogan. Nous verrons jeudi soir. Mais manifestement, ils campent sur leur ligne, donc nous irons au procès.