La fête des Lumières baisse le son

Carole Bianchi - ©2007 20 minutes

— 

Poétique, spectaculaire et beaucoup moins sonore. Pour l'édition 2007 de la fête des Lumières, qui se déroulera du 6 au 9 décembre, la ville de Lyon a souhaité laisser une plus grande place aux installations plastiques et scénographiques, dévoilées hier à la presse.

Avec une affluence de 4 millions de visiteurs l'an passé, les nombreux spectacles son et lumière, parfois trop longs, avaient bloqué des axes majeurs comme la rue de Brest avec l'animation de l'église Saint-Nizier (2e). Parmi les nouveaux lieux mis en lumière, l'amphithéâtre des Trois Gaules (5e), la place de la République (2e) et les Terrasses de la Guillotière (7e). Quelque 170 cuves en plastique, dans lesquelles seront placés des projecteurs, décoreront les marches des Berges. « Mettre moins de son est une prise de risque, mais la magie de la lumière doit aussi opérer seule », souligne Jean-François Zurawik, directeur des Evénements à la ville.

Pour la colline de Fourvière (5e), l'artiste Gilbert Moity a pris le contre-pied des illuminations « classiques ». Ainsi, 140 projecteurs « réaliseront un effet de halo autour de la basilique pour créer un contre-jour », explique Julien Pavillard, chef de projet à la ville. Place des Terreaux (1er), les vitraux colorés d'une sphère ressemblant à un kaléidoscope viendront se refléter de jour comme de nuit sur les façades. Le Sytral, autorité organisatrice des transports, a par ailleurs annoncé que les quatre métros fonctionneraient toute la nuit du 8 décembre pour « se faire pardonner » des mouvements de grève précédents.